Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Karine et ses livres
  • Karine et ses livres
  • : Pour vous faire partager mes lectures ...
  • Contact

Bienvenue !


Bonjour et bienvenue à tous.
C'est en toute modestie que je vous ferai partager ma passion pour les livres (entre autres)...
N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire à votre passage.
Bonne visite...
Karine

Pour me contacter :
       

Recherche

Curiosités...


Il y a    personne(s) sur ce blog

Archives

A propos de...


Boîte à messages






"On peut juger de la beauté d'un livre à la vigueur des coups de poings qu'il vous a donnés
et à la longueur du temps qu'on met ensuite à en revenir"
Gustave Flaubert








* J'Y PARTICIPE... *






*****


   


*****

 

     


*****






 *****

 




*****

 

 

 



*****

* LIVRES *




*****
 


 *****

LECTURE EN COURS

une-place-a-prendre
Une Place à Prendre - J. K. Rowling

 

ALCOTT Louisa May - Les quatre filles du Docteur March
CONSTANTINE Barbara - A Mélie, sans mélo
CONSTANTINE Barbara - Tom petit Tom tout petit homme Tom
TENENBAUM Sylvie - Pardonner, tyrannie ou libération
TEULE Jean - Le magasin des suicides
THIRY Pierre - Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceay-les-Mines
THOMAS Chantal - Les adieux à la reine
TOLSTOI Léon - Anna Karénine
RULE Ann - Une vengeance au goût amer
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 18:43
une-place-a-prendre 

Une Place à Prendre - J. K. Rowling
Editions Grasset & Fasquelle - 682 pages.

Bienvenue à Pagford, petite bourgade en apparence idyllique. Un notable meurt. Sa place est à prendre...
Comédie de moeurs, tragédie teintée d'humour noir, satire féroce de nos hypocrisies sociales et intimes, ce premier roman pour adultes révèle sous un jour inattendu un écrivain prodige.

Je connaissais déjà J.K. Rowling pour sa célèbre série Harry Potter qui m'avait enchantée ! C'est ici dans un domaine tout à fait différent que j'ai redécouvert cette auteure.

L'histoire se déroule de nos jours, dans la petite bourgade de Pagford.
A Pagford, tout le monde se connait. La vie y est paisible et agréable.
Enfin... en apparence... car une fois chacun rentré chez soi, chacun apparait sous sa véritable personnalité...
Car à Pagford, siège de la bienséance, il y a ce que l'on montre, et il y a ce que l'on est... Et lorsque ce que l'on est se montre, et bien ce n'est plus la même histoire...

Donc j'ai découvert ce roman avec un grand plaisir. J. K. Rowling fait très rapidement rentrer son lecteur dans la vie de ses personnage. Le récit est truffé de petits détails sur la vie de tous les jours, des manies de chacun, qui permettent de nous familiariser avec eux, de pénétrer leurs pensées.

Le récit débute avec la mort de Barry Fairbrother, un notable de la ville. Et cet évenement, loin de rassembler les foules dans le chagrin et la compassion, attise les divisions déjà existantes dans cette ville, et apparait comme une opportunité de commérage pour les uns, une revanche pour les autres...

J. K. Rowling décrit dans Une Place à Prendre une société particulièrement hypocrite dans laquelle prime la parure de la bienséance au détriment de quelques sentiments plus chaleureux, une société qui tente de masquer quelques secrets bien honteux, secrets qui lorsqu'ils explosent à la figure des uns et des autres fait bien évidemment des dégats irrémédiables... Certains en tireront des lecons, et d'autres non...
 
Une Place à Prendre est un récit captivant. Les personnages y sont campés avec brio. J. K. Rowling accompagne son lecteur jusqu'à la scène finale, inévitable et tristement touchante...

J'attends donc avec impatience la suite des oeuvres de J. K. Rowling !
 
 
 
Repost 0
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 21:58

Harry Potter et la coupe de feu

 

 

 

Harry Potter et la Coupe de Feu- J. K. Rowling

Gallimard Jeunesse - 784 pages.

 

 

Harry Potter a quatorze ans et entre en quatrième année au collège de Poudlard. Une grande nouvelle attend Harry, Ron et Hermione à leur arrivée : la tenue d'un tournoi de magie exceptionnel entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les délégations étrangères font leur entrée. Harry se réjouit... Trop vite. Il va se trouver plongé au coeur des événements les plus dramatiques qu'il ait jamais eu à affronter.

 

 

Harry Potter et la Coupe de Feu de Joanne Kathleen Rowling est le quatrième tome de la saga mettant en scène le célèbre apprenti sorcier Harry Potter. Il fait suite au tome 1, Harry Potter à l'école des sorciers, au tome 2, Harry Potter et la Chambre des Secrets, et au tome 3, Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban.

 

A la fin de l'été, Harry Potter est invité chez son ami Ron pour aller assister à la finale de la coupe du monde de Quidditch.

Là, un évènement inattendu et fort inquiétant se produit, car apparaît soudain la Marque des Ténèbres, le signe de... Voldemort.

 

Harry Potter et la Coupe de Feu est un roman très captivant.  

Il s'agit là d'un récit qui est drôle par moment. J'ai bien aimé le passage où les sorciers se rassemblent au camping et qu'ils tentent de se comporter comme des Moldus.

 

"Il y avait déjà une petite file d'attente devant le robinet. Harry, Ron et Hermione s'y joignirent, derrière deux hommes qui se disputaient âprement. L'un d'eux était un très vieux sorcier v$etu d'une longue chemise de nuit à fleurs. L'autre était de toute évidence un sorcier du ministère ; il tenait entre ses mains un pantalon à fines rayures et paraissait tellement exaspéré qu'il en criait presque.

- Mets ça, Archie, je t'en prie, ne fais pas d'histoires, tu ne peux pas te promener habillé de cette façon, le Moldu du camping commence déjà à avoir des soupçon...

- J'ai acheté ça dans un magasin pour Moldus, dit le vieux sorcier d'un air obstiné. Les Moldus portent ces choses-là.

- Ce sont les femmes moldues qui les portent, Archi, pas les hommes ! Eux, portent ça, dit l'autre en brandissant le pantalon rayé.

- je ne mettrai jamais ce truc-là, s'indigna le vieux Archie. J'aime bien que mon intimité puisse respirer à son aise." (page 93).

 

Mais Harry Potter, notre apprenti sorcier va devoir, plus que jamais, faire preuve de courage, d'intéligence et d'intuition.  Il devra affronter des pièges, des bestioles insolites, et sa vie sera à maintes reprises mise en danger. Et je ne vous parle pas de l'ultime combat...

Harry Potter et la Coupe de Feu est un récit original, prenant et envoûtant ! Une fois encore, la potion a bien pris !

 

A suivre...

 

 

 

 

 

Repost 0
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 22:40

 

L'ami de coeur

 

 

L'ami de coeur- Liz Young

Pocket - 408 pages.

 

 

Depuis qu'elle sait que son petit ami la trompe, Izzy Palmer hésite : tirer définitivement un trait sur les hommes et tout miser sur son chien ou s'acharner à trouver l'âme soeur ?

Très vite, la seule compagnie d'Henry lui rappelle qu'il ne sait pas faire grand-chose, à part aboyer, Izzy se sent un peu esseulée et réalise qu'elle ne peut pas se passer de la gent masculine...

Puis elle se rappelle Nick, cet ex qui lui tournait autour lors d'une récente soirée. La fête du Nouvel An approche et, avec elle, le fatidique baiser de minuit. Nick sera là. Et Izzy est bien décidée à reprendre sa vie en main !

 

 

 

J'avais déjà lu de Liz Young Petites embrouilles et pieux mensongeset Que la meilleure gagne, romans que j'avais trouvé divertissants. Aussi, je me suis procuré L'ami de coeur dans le but de passer un agréable moment.

 

Bon, avant tout, il faut vous prévenir que le quatrième de couverture n'est pas vraiment fidèle au roman.

 

Izzy est une charmante jeune femme qui partage sa maison avec Henry, son chien, qui ressemble plus à un mouton qu'à un chien d'ailleurs, mais ne lui dites surtout pas.

Elle a un petit ami, Leo, qui ne vit pas avec elle, et qui est déjà papa de deux fillettes issues d'une précédente union.

Leur relation les comble l'un et l'autre.

Izzy et Leo sont invités à une soirée meurtre organisé par son ami Felicity. Mais à la dernière minute Leo ne peut pas l'accompagner.

Un peu agacée, Izzy y retrouve ses amis et y fait la connaissance de Nick.

Au premier abord, entre eux, l'atmosphère est plutôt tendu, mais finalement quand on le connaît un peu mieux, il s'avère que Nick est un homme au grand coeur.

Alors évidemment entre eux ne pouvaient que naître une intrigue amoureuse.

 

C'est avec un certain plaisir que j'ai lu cette comédie sentimentale.

Liz Young nous y promène avec plaisir, ce qui fait de L'ami de coeur un gentil divertissement. 

 

Repost 0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 07:46

Que la meilleure gagne

 

Que la meilleure gagne ! - Liz Young

Pocket - 448 pages.

 

Existe-t-il pire situation que de tomber amoureuse du petit copain de votre meilleure amie ? Oui, flasher sur celui de votre ennemie attitrée ! Un scénario catastrophe auquel Harriet, garçon manqué à l'humour ravageur, va malheureusement devoir se frotter, la miss n'ayant rien trouvé de mieux que de fondre littéralement pour le beau et séduisant John. Un authentique idéal masculin aperçu, peu de temps auparavant, main dans la main avec cette sacrée Nina, ex-camarade de classe arrogante, auto-satisfaite et bien trop sexy pour inspirer confiance.

Tiraillée entre désir et culpabilité, victime d'un sérieux complexe d'infériorité, Harriet parviendra-t-elle enfin à se venger de ses années de vexation ?

Dans cette course au petit ami, tous les coup sont permis...

 

Tout d'abord, je voudrais préciser que je ne suis pas tout à fait d'accord avec ce résumé du livre. Je n'ai pas eu l'impression au cours de cette lecture que l'héroïne ressemblait à un garçon manqué, ni que son but était de se venger de son ancienne camarade de classe.

 

Harriet a bien rencontré John, le petit ami de Nina, devant un magasin, alors qu'elle se cachait pour ne pas croiser cette ancienne camarade de classe, auprès de laquelle elle s'est toujours sentie inférieure. Sous la pluie et ayant égaré son porte-feuille, il lui propose aimablement de lui prêter un peu d'argent pour la dépanner. Ils prévoient donc de se revoir devant un verre.


Entre eux, l'attirance est d'emblée palpable. Mais Harriet souhaite une relation sérieuse, et Nina est entre eux.


Cette histoire légère est très agréable à lire et m'a fait passé un bon moment de détente. Quelques clins d'oeil à  Orgueils et Préjugés agrémentent le récit.


"Après avoir choisi Orgueil et préjugé, nous avions ensuite de longues discussions pour déterminer si Mr Darcy était trop noble et convenable pour avoir eu des expériences avant sa nuit de noces et, sinon, si la pauvre Lizzie allait se dire : mon Dieu, ça n'est que ça, pas la peine d'en faire tout un plat ! En outre, nous comparions les mérites de vivre au XIXe siècle par rapport à aujourd'hui : d'un côté, il n'y avait pas de Tampax ni de déodorant, il fallait savoir chanter d'une voix douce et broder des coussins. De l'autre, vous aviez des mecs qui vous disaient : "Permettez-moi de vous dire à quel point je brûle d'admiration et d'amour pour vous", au lieu de : "Alors, t'as envie de baiser ?" (page 45).


Certes, certaines pourront regretter la présence de quelques clichés, mais pour ma part, ils n'ont en rien gâché mon plaisir de lecture.

L'humour, l'amour sont présents.

 

Que la meilleure gagne de Liz Young a donc été pour moi une lecture agréable et légère.

 

 


 

Repost 0
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 07:34

Un étranger dans le miroir-copie-1

 

Un étranger dans le miroir - Anne Perry

Editions 10/18 - 416 pages.

 

"William Monk, inspecteur de police chevronné, se réveille à l'hôpital. Violemment agressé il y a quelques semaines, il a perdu la mémoire. Ce qu'il s'empresse bien de taire à ses supérieurs, qui auraient tôt fait de l'exclure manu militari de la police londonienne. Revenu à la vie professionnelle, il mène parallèlement une enquête sur le meurtre d'un jeune aristocrate, survivant de la bataille de Crimée, et sur lui-même. Il découvre d'abord qu'il n'était ni très sympathique ni très aimé, et qu'il avait laissé tomber sa famille, d'origine trop modeste, pour mieux réaliser ses ambitions. Il se rend compte aussi qu'il avait été mêlé de très près au meurtre sur lequel son supérieur, qui veut sa peau, le laisse investiguer..."

Josiane Guéguen, Ouest-France

 


Après avoir lu  L'étrangleur de Cater Street,  Le Mystère de Callander Square,  Le Crime de Paragon Walk et  Resurrection Row d'Anne Perry, dont les héros sont Charlotte et Thomas Pitt, le célèbre couple d'enquêteur, j'ai eu envie de me pencher sur un autre héros de cette auteure, William Monk.

 

On découvre ici William Monk alors qu'il est à l'hôpital et qu'il ne se souvient absolument de rien. Pas même de son nom !

Il découvre par un collègue venu le voir qu'il est enquêteur de police. A partir de là, il devra enquêté sur son passé, duquel il ne sait plus rien, sur le suicide d'un homme ayant été ruiné suite à un mauvais investissement, et sur le meurtre violent d'un homme, auquel il semblerait qu'il ait été lié...

 

Vous aurez compris que ces trois enquêtes parallèles rendent cette lecture dynamique. L'histoire, qui se déroule dans l'Angleterre victorienne, est menée de main de maître, et notre héros, qui ne sait absolument plus rien de son passé ni de sa personnalité est très touchant.

 

"Il y a toutes sortes d'épreuves, et bien des façons de les surmonter. Ne croyez pas, si vous en connaissez une, pouvoir les juger toues. Vous aspirez ardemment à améliorer le sort de votre prochain. Soyez bien consciente que la seule manière d'aider les gens est de les encourager à être ce qu'ils sont, et non ce que vous êtes. Je vous ai entendue dire : "Si j'étais vous, j'aurais fait ceci ou cela." Mais je ne suis pas vous, et mes solutions ne sont pas forcément les vôtres." (page 229).

 

Bonne lecture !



Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 10:41

Rutland Place

 

Rutland Place - Anne Perry

10/18 - 320 pages.

"Anne Perry prend un formidable plaisir (et nous aussi) à imaginer des enquêtes policières à la fin du siècle dernier dans une Angleterre victorienne. Elle en profite pour faire, sans avoir l'air d'y toucher, une enquête sociologique, une revue de mode (chaque robe est décrite avec minutie) et une critique redoutable de cette société enfermée dans ses principes, ses traditions, ses habitudes. L'auteur évoque aussi parfois les bas-fonds à la Dickens. Et le tout fait des polars haletants, amusants, excitants. Même quand on n'aime pas d'habitude la littérature policière." Marie-Françoise Leclerc, Marie-France.

 

Dans cet opus des aventures de Charlotte et Thomas Pitt, la mère de Charlotte fait appel à sa fille pour enquêter sur le vol d'un médaillon compromettant. A cela vient s'ajouter un meurtre dont l'affaire est confiée à Thomas.


Et voilà notre fameux couple d'enquéteurs à la recherche d'un voleur et d'un meurtrier au sein d'une société très fermée, qui veut avant tout sauver les apparences. Société, qui, en réalité, cache sa véritable nature derrière des codes de bonne conduite.


J'ai beaucoup aimé découvrir cette histoire, dans laquelle il est une fois de plus question d'une enquête menée au sein de la bourgeoisie victorienne anglaise.

 

A lire !

 


 


Repost 0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 07:45

Le Général du Roi

 

Le Général du Roi - Daphné Du Maurier

Editions Phébus - 384 pages.

 

Quel rôle reste-t-il à la femme quand les hommes sont en guerre ? C'est à cette question, vieille comme Homère, que répond ce roman violemment secoué par l'Histoire (nous sommes dans l'Angleterre du XVIIe siècle, en pleine guerre civile). Un livre publié en 1945 et composé dans l'urgence... au sortir d'une autre guerre.

Soit une sorte de récit de cape et d'épée subtilement dévoyé... L'héroïne en est une femme, et les hommes - même quand ils sont dans le "bon camp" - sont loin d'y avoir le beau rôle. Mieux (ou pis), la jeune femme en question, qui cultive un goût de la liberté ignorant toute entrave, se trouve dès le début du livre et jusqu'à la fin de tout condamné à l'immobilité d'un fauteuil d'infirme...

Une troublante méditation sur la fidélité et l'honneur, qui poussés à leur extrême, n'hésite pas à courir le plus beau risque : celui de l'indignité.

L'un des plus grands Du Maurier.

 

J'aime beaucoup Daphné Du Maurier.

J'ai commencé par découvrir cette auteure par son célèbre roman, Rebecca, que j'avais adoré. Puis j'ai continué avec  L'Amour dans l'âme, et  Ma cousine Rachel. Pour chacune de ces lectures, étaient au rendez-vous, l'amour, le suspense, l'originalité. Le Général du Roi n'échappe pas à la règle.


L'héroïne de cette histoire est Honor Harris. Elle est amoureuse de Sir Richard Grenvile, homme humainement détesté, mais grand soldat respecté, qui exerce son métier de Général du Roi avec bravoure.

Malheureusement, un drame viendra troubler cette relation, qui ne pourra être vécue par nos deux protagonistes comme le voudraient les règles du code de la bienséance de l'époque.

 

Un amour hors normes vécu par des personnages hors du commun, le tout mêlé aux périls de la révolte qui secoue l'Angleterre du XVIIème siècle, quelques mystères qui promettent d'être dévoilés, font de ce roman un régal pour les gourmands d'aventures, d'amour et de suspense.


Avec Le Général du Roi, Daphné Du Maurier a une fois de plus réussi à transporter la lectrice que je suis.


A lire !

 


Repost 0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 06:06

Lorna Doone

 

Lorna Doone - Richard D. Blackmore

Phébus - 450 pages.

 

"Ici, dans ce pays d'Exmoor coincé entre Somerset et Devon, à l'extrême ouest de l'Angleterre, tout, à chaque instant, peut arriver. Aussi, gare au galop, dans la nuit, de la tribu des Donne, quand s'allume au loin la balise rouge de Dunkery ! Car ceux-là pillent, tuent sans pitié, et disparaissent, pareils à des oiseaux de proie, en emportant les femmes, si elles sont belles...

Nous sommes au XVIIè siècle, dans les années qui précèdent la Glorious Revolution. (...) Là-bas, dans la vallée inexpugnable où se cachent les Doone, le regard trop clair d'une enfant-femme, d'une fille-fleur, a bouleversé le placide John Ridd, simple fils de paysans, qui va, pour la gagner, se lancer tête baissée à l'aventure. Des aventures, John Ridd en connaîtra plus peut-être que son saoul. Car il semble écrit que l'innocente Lorna Doone a le don d'exacerber sur son passage les désirs des pires canailles, de chavirer les coeurs, et les corps." Michel le Bris.

 

Classique des lettres anglo-saxonnes, ce roman historique à la langue pure compte parmi ses fervents admirateurs Stevenson, Henry James, Kiplling, Chesterton, John Buchan et Graham Green. Il est le chef-d'oeuvre de Richard D. Blackmorre (1825-1900), souvent considéré comme le dernier auteur victorien et le précurseur du nouveau romantisme.

 

J'ai lu, il y a quelques temps déjà, Lorna Doone de Richard D. Blackmore. Mais depuis, j'avoue avoir beaucoup de difficultés à écrire un billet sur ce roman. Je vais tout de même faire une tentative...

 

L'histoire se déroule au XVIIème siècle, à Exmoor, dans l'ouest de l'Angleterre. John Ridd, notre héros, rentre chez lui à la mort de son père qui a été assassiné par le clan des Doone, lesquels sèment la terreur dans la région. Or, notre gentil héros tombe sous le charme de la belle Lorna Doone, petite-fille du chef de cette tribu tant redoutée. Il s'ensuivra pour ce jeune-homme au coeur pur moultes aventures à traverser...

 

Voilà, j'ai fait ce que j'ai pu... En tout cas, sachez une chose, c'est que ce livre, je l'ai lu avec grand plaisir. Je me suis laissée emportée par cette histoire d'un temps passé, dans cette contrée, parmi des personnages très attachants. J'ai aimé ce roman, cette histoire, l'écriture de Richard D. Blackmore.


Donc pour finir, je n'ai qu'une chose à rajouter : Lisez Lorna Doone !!!

 

Challenge English classics

 


 

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 06:35

La sorcière de Salem

 

La sorcière de Salem - Elizabeth Gaskell

Librairie José Corti - 216 pages.

 

Loïs Barclay, jeune orpheline, est obligée de quitter son Angleterre natale à la mort de ses  parents. Elle part donc pour l'Amérique, chez un oncle qu'elle ne connait pas. Arrivée à Salem, en Nouvelle-Angleterre, elle se retrouve dans une famille qui a bien du mal à l'accepter.

Cette société puritaine à l'excès va perdre la raison et s'enfoncer dans une chasse à la sorcière que rien ne pourra arrêter, au nom de la religion. Happée par ce tourbillon de haine et de folie, notre jeune héroïne ne pourra échapper à son tragique destin.

 

Elizabeth Gaskell est une romancière que je souhaitais découvrir depuis fort longtemps, et j'ai été ravie de le faire grace à La sorcière de Salem, roman qui s'appuie sur des faits qui se sont réellement déroulés.

 

J'ai beaucoup aimé découvrir cette histoire dure et injuste qui nous met en garde contre les interprétations et les excès liés à la religion.

 

Elizabeth Gaskell dépeint avec beaucoup de lucidité les différents caractères de ses personnages et sait retranscrire fidèlement leurs émotions.

 

La sorcière de Salem d'Elizabeth Gaskell est le choix d'Isil dans le cadre de La-cha-ne-des-livres-2009.jpg. C'est avec grand plaisir que j'ai découvert ce roman que j'attendais avec impatience, et qui m'a donné envie de lire d'autres ouvrages de cette auteure.

 

Challenge English classics

Repost 0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 06:46

Le Secret de Laydy Audley

 

Le Secret de Lady Audley - Mary Elizabeth Braddon

Labyrinthes - 480 pages.

 

Lorsque George Talboys rentre en Angleterre après avoir amassé une belle fortune en Australie, il apprend une nouvelle stupéfiante : sa jeune et charmante épouse a fui le domicile conjugal sans laisser d'adresse ! Le malheureux découvre bientôt que la perfide Helen a convolé en secondes noces avec un riche hobereau beaucoup plus âgé qu'elle, un certain lord Audley...

Se rendant au château d'Audley pour y rencontrer l'infidèle, Talboys disparaît mystérieusement. Lady Audley l'aurait-elle assassiné ? C'est ce que les lecteurs apprendront en suivant l'enquête menée par le neveu de Georges Talboys, découvrant du même coup que le secret de Lady Audley n'est pas celui qu'on pouvait penser...

 

Avant toute chose, je voudrais rectifier le résumé qui se trouvait au dos de mon exemplaire. Le personnage qui mène l'enquête n'est pas "le neveu de Georges Talboys", mais le neveu de Lord Audley !

Voilà qui est fait !

 

Le Secret de Lady Audley a été publié en 1862. Mary Elizabeth Braddon, qui en est l'auteure, est une romancière de fictions policières qui a longtemps été comparé à Wilkie Collins (La Dame en blanc). Et je comprends pourquoi !

 

En effet, tout au long de cette lecture, bien que les soupçon qui pèsent sur la charmante Lady Audley apparaissent rapidement, Mary Elizabeth Braddon promène son lecteur. Elle lui fait découvrir au fil des pages l'évolution de la vie de ses personnages, leur transformation.

Comment un personnage lymphatique comme Robert Audley se transforme-t-il en un fin et actif enquêteur ? Comment une charmante jeune femme, aimée de tous comme Miss Graham, cache-t-elle un personnage perfide et trouble ?

 

Petit à petit, les voiles se lèvent, les masques tombent, les secrets sont dévoilés...

Parce qu'il faut le savoir, Lady Audley n'est pas la seule à avoir un secret...

Mais pour le découvrir, il vous faudra lire le roman de Mary Elizabeth Braddon !

 

Vous l'aviez sans doute compris, la lectrice que je suis a été ravie de sa découverte !

 

English-classics.jpg    Mary Elizabeth Braddon

 

 

 

Repost 0

Vous pouvez m'y trouver...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs