Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Karine et ses livres
  • Karine et ses livres
  • : Pour vous faire partager mes lectures ...
  • Contact

Bienvenue !


Bonjour et bienvenue à tous.
C'est en toute modestie que je vous ferai partager ma passion pour les livres (entre autres)...
N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire à votre passage.
Bonne visite...
Karine

Pour me contacter :
       

Recherche

Curiosités...


Il y a    personne(s) sur ce blog

Archives

A propos de...


Boîte à messages






"On peut juger de la beauté d'un livre à la vigueur des coups de poings qu'il vous a donnés
et à la longueur du temps qu'on met ensuite à en revenir"
Gustave Flaubert








* J'Y PARTICIPE... *






*****


   


*****

 

     


*****






 *****

 




*****

 

 

 



*****

* LIVRES *




*****
 


 *****

LECTURE EN COURS

une-place-a-prendre
Une Place à Prendre - J. K. Rowling

 

ALCOTT Louisa May - Les quatre filles du Docteur March
CONSTANTINE Barbara - A Mélie, sans mélo
CONSTANTINE Barbara - Tom petit Tom tout petit homme Tom
TENENBAUM Sylvie - Pardonner, tyrannie ou libération
TEULE Jean - Le magasin des suicides
THIRY Pierre - Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceay-les-Mines
THOMAS Chantal - Les adieux à la reine
TOLSTOI Léon - Anna Karénine
RULE Ann - Une vengeance au goût amer
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 11:06

Si tu savais...

 

 

Si tu savais...- Richard Plourde coeur_014.gif

Les Éditions de la Francophonie - 306 pages.

 

 

"Il progressait d'un pas assuré. La neige fine cédait immédiatement sous son poids et laissait une trace solitaire. Son corps s'arrêta aux feux de circulation à l'intersection de l'avenueDecelles. Ses yeux attendaient le feu vert pour redonner le signal aux jambes de poursuivre. Bill ressentit soudainement une très brève, mais intense sensation d'étourdissement et fut  brusquement sommé de répondre à une alerte interne. Ses yeux avaient fait appel au cerveau afin d'exiger son attention immédiate. Quelque chose d'important semblait alerter sa vigilance. Bill ignorait complètement que dans 3,2 secondes, sa vie ne serait plus jamais la même."

 

Inspiré du courage et de la détermination d'un enfant et de sa famille face à la maladie, ce roman relate des péripétie d'un jeune étudiant qui, en route pour l'université, est, bien malgré lui, plongé dans son futur. Il deviendra alors témoin de ce que l'avenir lui réserve. A la suite d'aventures parfois palpitantes, tantôt émouvantes et, à l'occasion, cocasses, il finira par être devant un choix capital... Choisira-t-il de mettre cet enfant au monde ?

 

 

Comme toujours, lorsque j'ai vraiment beaucoup aimé un roman, il m'est très difficile d'en parler. Je ne sais pas comment faire passer le message de ce que j'ai ressenti à ma lecture, j'ai peur de me livrer insuffisamment, d'oublier l'essentiel...

 

Alors autant commencé par vous dire que Si tu savais..., le premier roman de Richard Plourde, je l'ai adoré !

 

J'ai tout d'abord était très touchée par la souffrance de cet enfant et de sa famille.

Oui, parce qu'en fait, je ne vous l'ai pas encore dévoilé, mais tout commence avec cet enfant qui souffre d'une rechute dans sa leucémie. Cet enfant de cinq ans, courageux, qui souffre, parce que la vie est parfois d'une indéfinissable cruauté. Des parents courageux, impuissants, qui souffrent de voir leur enfant souffrir.

Donc dès les premières lignes, l'angoisse et la douleur sont présentes. Parfois même tellement fortes, que la gorge nouée, j'étais obligée d'interrompre ma lecture et de remercier le Ciel d'avoir mes chers trésors en bonne santé.

J'ai noté dans cette partie un message du coeur qui vient d'une fillette de cinq ans et qui dit au père venu accompagné son fils en visite dans sa classe :

"Tu dois être content que Gabriel n'est pas encore mort, hein ?" (page 23).

Message qu'il fallait traduire en langage adulte par :

"Sois heureux, Richard, ton fils, Gabriel, est vivant" (page 26).

Soyons à l'écoute des enfants, ils ont beaucoup à nous apprendre !

 

Face à la rechute de leur enfant, les parents sont dans une grande souffrance. Difficile, voire impossible d'accepter, de comprendre que Dieu puisse leur infliger cette épreuve.

"Je n'en voudrais pas d'un Dieu qui oserait faire souffrir un enfant." (page 40).

"Nous n'avons pas besoin de Dieu pour nous envoyer des épreuves, l'humanité y parvient très bien à elle seule." (page 41).

 

Courageux, Gabriel et ses parents, quittent leur cocon familial pour Montréal, car l'enfant doit absolument recevoir une greffe de moelle osseuse. Sa survie en dépend. Encore faut-il qu'elle soit une réussite...

 

La famille est séparée. La petite Isabelle est laissée à ses grands-parents. Cajolée, entourée, certes, mais souffrant, elle aussi, d'une douleur qu'elle ne sait pas reconnaître, encore moins s'expliquer, du haut de ses trois ans, la séparation, le manque des siens, l'angoisse d'avoir été "abandonnée"...

 

A Montéal, où la famille Plourde s'est rendue, Gabriel reçoit les soins nécessaires à la greffe. Soins extrèmement lourds, douloureux...

 

A Montréal, nous faisons la connaissance de Bill, jeune étudiant, à qui il va arriver une bien étrange aventure...

 

Le roman prend ici un tournant surnaturel, parce que Bill va en fait être confronté à son avenir.

Il va pouvoir être le témoin de la souffrance de cette famille, de cet enfant qui sera le sien dans le futur.

 

A partir de là, à lui de faire ses propres choix dans son chemin de vie. Poursuivra-t-il sa relation avec Jocelyn et aura-t-il cet enfant, qui sera confronté indubitablement à la maladie et à des souffrances intolérables ? Ou bien choisira-t-il une autre voie ?

 

"Nous sommes tous interreliés, chaque action en provoque une série d'autre dans cette cascade d'événements qu'est la vie. Modifier ne serai-ce qu'un de tes comportements à cause de moi pourrait réécrire mon avenir et peut-être même celui de l'humanité tout entière." (page 287).

 

Si tu savais... est le premier roman de Richard Plourde. Il est largement inspirer son expérience personnelle.

Un roman très émouvant, parsemé de beaux messages d'amour, un témoignage fort et touchant sur la maladie qui peut aussi atteindre les enfants, une réflexion philosophique sur ce qu'on ferait si on connaissait l'avenir.

 

Si tu savais... de Richard Plourde est donc un roman à lire de toute urgence ! Parce qu'il y a des petits bijoux comme celui-ci qu'il faut découvrir !

 

Et pour finir, encore un passage que j'ai beaucoup aimé :

 

"La vie est un apprentissage et mes enfants sont pour moi de grands éducateurs. Je grandis par eux, et avec eux. Ils me font apprécier les simplicités du bonheur et la majesté qu'est notre passage sur cette terre. je remerciele ciel chaque jour pour la chance que j'ai. j'espère de tout mon être que mes enfants auront une vie longue et heureuse. Et, lorsque viendra le jour où nous devrons nous quitter, je souhaite avoir la sagesse de me réjouir du temps que nous aurons eu ensemble. Mieux vaut avoir eu quelques années ou, mieux, quelques décennies ensemble que de ne pas s'être connus du tout." (page 293).

  

 

Un immense merci à Richard Plourde qui m'a permis de découvrir son roman.

 

Le site de Si tu savais... ici.

 

Je tiens également à préciser que Richard Plourde est actuellement en train de rédiger son prochain roman (que je lirais d'ailleurs avec grand plaisir).

 

Bonne lecture !

Repost 0
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 06:04


L'odyssée de Pénélope- Margaret Atwood
Flammarion - 168 pages.

"Depuis toujours nous étions tous deux, de notre propre aveu, des menteurs émérites et éhontés."
Ainsi Pénélope évoque-t-elle le couple qu'elle formait avec Ulysse - Pénélope qui , comme son époux, recourut à la ruse et à l'artifice pour sauver sa vie.
Selon Homère, Ulysse à son retour de Troie massacra tous les prétendants à son trône qui, en son absence, avaient courtisé son épouse. Mais il fit aussi pendre les douze servantes de Pénélope qu'il accusa de l'avoir trahi. Pénélope, hantée par la mort de ses servantes, raconte depuis les Enfers sa propre version de l'histoire, celle d'une femme, d'une épouse, d'une mère et surtout d'une reine bien plus lucide et plus forte que ce que les hommes ont voulu croire jusqu'à aujourd'hui.

Pénélope donne ici sa propre vision de son enfance, des dieux, de son histoire et du couple qu'elle formait avec Ulysse. Elle évoque sa version de l'attente puis du retour d'Ulysse dans une époque souvent cruelle.

L'odyssée de Pénéloppe de Margaret Atwood est une approche moderne et originale de l'Odyssée et de ses acteurs.

"Malgré la connaissance limitée que j'en ai, je me rends compte que le monde d'aujourd'hui est aussi dangereux que celui de j'ai connu, sauf que la misère et la souffrance sont beaucoup plus répandues. Quant à la nature humaine, elle est plus vulgaire que jamais." (page 147).

Un ouvrage très intéressant. Je regrette simplement de ne pas connaître suffisamment l'Odyssée d'Homère pour l'apprécier davantage.

Les avis du Bookomaton, Lune de Pluie, Laurence, Ys, Virginie, Yohan, Emmyne.

L'odyssée de Pénélope de Margaret Atwood est proposé par Argantel.

Repost 0
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 06:30


De Niro's Game - Rawi Hage
Denoël - 270 pages.

Liban, début des années 1980. Campé dans un Beyrouth dévasté par les bombes, De Niro's Game est une odyssée chaotique, écorchée et haletante, une plongée vertigineuse au coeur de la guerre civile et de ses folies.
A Beyrouth-Ouest, Bassam et Georges, deux amis d'enfance, tuent leur ennui et leur mal de vivre à coups de petits boulots minables, de maigres larcins et de soirées trop arrosées. les jours se suivent et avec eux les alertes, les morts, les immeubles en ruine. Les filles sont inaccessibles, muselées par les traditions et les couvre-feux. Entre deux visites aux copains de lycée engagés dans la milice, les deux jeunes gens s'imaginent coulant des jours meilleurs : Bassam rêve de fuir à l'étranger, et Georges, lui, se sent de plus en plus attiré par les discours belliqueux de la milice chrétienne.
Dans un ultime défi, les deux amis décident de détourner la recette de la salle de jeu où Georges travaille. Mais l'argent seul suffira-t-il à les éloigner de la guerre et à sauver leur amitié ?
Porté par une écriture sans concessions, le premier roman de Rawi Hage annonce, au-delà de la puissance du récit, l'avènement d'une nouvelle voix
.

Je dois avouer, que j'ai dans un premier temps eu du mal à entrer dans cette histoire...
Bassan et Georges, deux amis d'enfance, sont des adolescents qui vivent à Beyrouth, sous une pluie de bombes...

Puis, au fil des pages, mon intérêt s'est trouvé accaparé par cette histoire d'adolescents hors du commun, dont l'enfance a été volé par la guerre. J'ai eu l'impression de voir des enfants jouer à la guerre, mais pour de vrai. Des enfants tombés dans la cruauté d'un monde d'adulte trop tôt, sans y être préparé...

Au fil du temps et au fil des pages, cette amitié qui lie ces deux jeunes gens s'effiloche peu à peu, les destins se séparent... La guerre est présente, avec ses horreurs, sa folie, son absurdité. Georges veut rentrer dans la milice, et Bassan rêve de quitter ce pays pour découvrir Rome.

Finalement, Rawi Hage a su me toucher, avec son humour grinçant, ses mots durs et mélodieux, et j'ai me suis retrouvée complètement captivée par son récit, face à autant de vies gâchées par la folie des hommes, face à tant d'adolescents privés de leur monde d'insouciance.

Extraits :

"La guerre, c'est pour les voyous. Les motos aussi. Pour les voyous et pour les adolescents aux cheveux longs comme nous, qui portent une arme à la ceinture, roulent avec un réservoir rempli d'essence volée et n'ont nulle part où aller." (page 14).

"Mes mains se sont tendues, mes deux index ont appuyé sur la gâchette et j'ai tiré sur lui, j'ai vidé mon chargeur dans son sourire. Les balles se précipitaient dans sa chair parfumée à l'eau de Cologne, dans ses derniers soupirs aux relents de whisky, ses ongles aggripés à la portière. Mes coups résonnaient dans la vallée profonde, carillonnant comme le glas, tonnant comme des fusils de chasse dans le soleil matinal. J'ai tiré jusqu'à ce qu'il s'écroule. La brume épaisse est passée sur nous, emportant son dernier souffle." (page 168).

De Niro's Game de Rawi Hage est une histoire d'amitié hors norme criblée par les balles de la guerre. Un roman captivant à la fois dur et émouvant.

Un grand merci une fois de plus à Violaine de
& aux  qui m'ont permis de découvrir Rawi Hage et De Niro's Game.

Repost 0

Vous pouvez m'y trouver...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs