Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Karine et ses livres
  • Karine et ses livres
  • : Pour vous faire partager mes lectures ...
  • Contact

Bienvenue !


Bonjour et bienvenue à tous.
C'est en toute modestie que je vous ferai partager ma passion pour les livres (entre autres)...
N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire à votre passage.
Bonne visite...
Karine

Pour me contacter :
       

Recherche

Curiosités...


Il y a    personne(s) sur ce blog

Archives

A propos de...


Boîte à messages






"On peut juger de la beauté d'un livre à la vigueur des coups de poings qu'il vous a donnés
et à la longueur du temps qu'on met ensuite à en revenir"
Gustave Flaubert








* J'Y PARTICIPE... *






*****


   


*****

 

     


*****






 *****

 




*****

 

 

 



*****

* LIVRES *




*****
 


 *****

LECTURE EN COURS

une-place-a-prendre
Une Place à Prendre - J. K. Rowling

 

ALCOTT Louisa May - Les quatre filles du Docteur March
CONSTANTINE Barbara - A Mélie, sans mélo
CONSTANTINE Barbara - Tom petit Tom tout petit homme Tom
TENENBAUM Sylvie - Pardonner, tyrannie ou libération
TEULE Jean - Le magasin des suicides
THIRY Pierre - Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceay-les-Mines
THOMAS Chantal - Les adieux à la reine
TOLSTOI Léon - Anna Karénine
RULE Ann - Une vengeance au goût amer
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 09:45

Si-c-est-un-homme.gif

Si c'est un homme- Primo Levi coeur_014.gif
Pocket - 320 pages.

"On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur. Peu l'ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : li la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité."

Angelo Rinaldi.

Si c'est un homme
est le premier roman de Primo Levi. Il y relate son arrestation par la Milice fasciste le 13 décembre 1943, à l'âge de 24 ans, puis sa déportation pour le camp d'Auschwitz le 22 février avec les autres juifs emprisonnés : hommes, femmes, enfants, malades.

"C'est bien cela, très exactement : des wagons de marchandises, fermés de l'extérieur, et dedans, entassés sans pitié comme un chargement en gros, hommes, femmes et enfants, en route pour le néant, la chute, le fond. Mais cette fois c'est nous qui sommes dedans." (page 18).

Il sera interné dans le camp de travail de Monowitz jusqu'à la libération du camp par les soviétiques en janvier 1945.
Là, il répondra désormais au matricule numéro 174 517, il est dépouillé de son identité, de sa qualité d'homme.
Les êtres, qui survivent dans ces camps, sont réduits à l'état de bête. Nul espoir ne leur est permis. Chacun doit lutter individuellement pour sa propre survie. Ces hommes sont privés de toute humanité.

"Les moyens que  nous avons su imaginer et mettre en oeuvre pour survivre sont aussi nombreux qu'il y a de caractères humains. Tous impliquaient une lutte exténuante de chacun contre tous, et beaucoup une quantité non négligeable d'aberrations et de compromis. Survivre sans avoir renoncé à rien de son propre monde moral, à moins d'interventions puissantes et directes de la chance, n'a été donné qu'à un tout petit nombre d'êtres supérieurs, de l'étoffe des saints et des martyrs." (page 142).

Le témoignage de Primo Levi est bouleversant, écoeurant. Une véritable plongée dans l'horreur des camps nazis, et leur processus d'extermination.

"Kuhn est fou. Est-ce qu'il ne voit pas, dans la couchette voisine, Beppo le Grec, qui a vingt ans, et qui partira après-demain à la chambre à gaz, qui le sait, et qui reste allongé à regarder fixement l'ampoule, sans rien dire et sans plus penser à rien ? Est-ce qu'il ne sait pas, Kuhn, que la prochaine fois ce sera son tour ? Est-ce qu'il ne comprend pas que ce qui a lieu aujourd'hui est une abomination qu'aucune prière propitiatoire, aucun pardon, aucune expiation des coupables, rien enfin de ce que l'homme a le pouvoir de faire ne pourra jamais plus réparer ?
Si j'étais Dieu, la prière de Kuhn, je la cracherais par terre."
(page 202).

Aucun mot n'est suffisamment fort pour décrire ce que ces hommes ont enduré, l'incompréhensible, l'inadmissible.

Si c'est un homme de Primo Levi est un roman à lire par le plus grand nombre.

PLUS JAMAIS CA !


Blogoclub2.jpg

Repost 0
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 06:11


L'amour est à la lettre A - Paola Calvetti
Presses de la Cité - 384 pages.

Milanaise romantique, Emma décide de changer radicalement de vie en ouvrant une librairie de quartier baptisée Rêves&Sortilèges.
Le charme et l'originalité de sa boutique résident dans sa spécialité : les livres consacrés à l'amour. Emma, qui semble s'être résignée au célibat depuis son divorce, n'a pas son pareil pour dénicher l'ouvrage qui aidera un client perdu sur la carte du Tendre.
C'est évidemment par l'intermédiaire d'un livre qu'Emma retrouvera Federico, son grand amour de jeunesse. Alors qu'ils ne se sont pas vus depuis trente ans, totu se passe comme s'ils ne s'étaient jamais quittés. Si ce n'est que Federico vit à présent à New York, où il est architecte, marié et père d'une adolescente. Malgré tout, Federico et Emma entament une relation épistolaire, après avoir ouvert chacun une boite postale dont ils sont les seuls à connaître l'existence.

Lorsque Suzanne m'a proposé ce roman, j'étais très enthousiaste à l'idée de cette lecture. Un roman d'amour, épistolaire, des indices qui laissaient augurer de bons moments.

Les retrouvailles entre Emma et Federico, son amour de jeunesse, m'ont dans un premier temps interessées.
L'idée d'Emma d'ouvrir une librairie baptisée "Rêves & Sortilèges" dédiée aux romans d'amour m'a séduite. Elle peut d'ailleurs être visitée ici.

Mais très vite, je dois avouer que j'ai commencé à m'ennuyer.

Tout d'abord, des lettres d'amour dans lesquelles Monsieur parle de longue d'architecture, très peu pour moi.
Ensuite, j'ai trouvé que le roman s'essouflait. Ou bien c'était mon attention...
Et finalement, ce qui m'a fait renoncer, c'est la description des toilettes de la librairie... Là, j'ai dit stop ! Et je l'ai refermé.

Donc finalement, le sentiment d'ennui, une fois arrivé, ne m'a plus lacher.

Je remercie toutefois Suzanne de  et  pour cette découverte.

Le blog de Paula Calvetti : Sogni&Bisogni.

Repost 0

Vous pouvez m'y trouver...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs