Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Karine et ses livres
  • Karine et ses livres
  • : Pour vous faire partager mes lectures ...
  • Contact

Bienvenue !


Bonjour et bienvenue à tous.
C'est en toute modestie que je vous ferai partager ma passion pour les livres (entre autres)...
N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire à votre passage.
Bonne visite...
Karine

Pour me contacter :
       

Recherche

Curiosités...


Il y a    personne(s) sur ce blog

Archives

A propos de...


Boîte à messages






"On peut juger de la beauté d'un livre à la vigueur des coups de poings qu'il vous a donnés
et à la longueur du temps qu'on met ensuite à en revenir"
Gustave Flaubert








* J'Y PARTICIPE... *






*****


   


*****

 

     


*****






 *****

 




*****

 

 

 



*****

* LIVRES *




*****
 


 *****

LECTURE EN COURS

une-place-a-prendre
Une Place à Prendre - J. K. Rowling

 

ALCOTT Louisa May - Les quatre filles du Docteur March
CONSTANTINE Barbara - A Mélie, sans mélo
CONSTANTINE Barbara - Tom petit Tom tout petit homme Tom
TENENBAUM Sylvie - Pardonner, tyrannie ou libération
TEULE Jean - Le magasin des suicides
THIRY Pierre - Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceay-les-Mines
THOMAS Chantal - Les adieux à la reine
TOLSTOI Léon - Anna Karénine
RULE Ann - Une vengeance au goût amer
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 06:52


La Marche de Mina- Yoko Ogawa
Actes Sud - 320 pages.

Après le décès de son père, alors que sa mère doit s'éloigner pour parfaire sa formation professionnelle, la petite Tomoko est reçue pour un an chez son oncle et sa tante.
Tomoko à douze ans ; à Kobe, son oncle l'attend sur el quai de la gare. Il la serre dans ses bras et la conduit jusqu'à la très belle demeure familiale.
Pour Tomoko, tout est ici singulièrement différent. Sa cousine Mina passe ses journées dans les livres, collectionne les boîtes d'allumettes illustrées sur lesquelles elle écrit des histoires minuscules ; un hippopotame nain vit dans le jardin, son oncle a des cheveux châtains, il dirige une usine d'eau minérale et la grand-mère se prénomme Rosa.
Au coeur des années soixante-dix, Tomoka va découvrir dans cette maison l'au-delà de son archipel : à travers la littérature étrangère, les récits de Rosa sur son Allemagne natale et la retransmission des Jeux olympiques de Munich à la télévision, c'est un tout autre paysage qui s'offre à elle.

Après avoir lu la moitié de ce roman, je préfère en rester là, et le laisser poursuivre sa route à travers la chaîne des livres.
En effet, malgré le style agréable à lire de Yoko Ogawa, je n'ai pas réussi à m'intéresser à cette histoire.
J'ai eu l'impression que la vie des personnages s'écoulait et qu'il ne se passait en fait pas grand chose.

La Marche de Mina de Yoko Ogawa a été proposé par Virginie dans le cadre de

L'avis enthousiaste de Lau(rence), et du Bookomaton.

Repost 0
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 06:30



Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil - Haruki Murakami
Éditions 10/18, 224 pages.

Hajime a connu pour la première fois l'amour en compagnie de la douce Shimamoto-San. Séparés par la vie, il n'a pourtant jamais oublié. Aujourd'hui, à l'aube de la quarantaine, Hajime est devenu un homme ordinaire et s'est construit une vie agréable entre sa famille et un métier qui lui plaît. Ce fragile équilibre résistera-t-il à ses retrouvailles avec Shimamoto-San ?

Haruki Murakami est un auteur que j'ai découvert grâce au Blogoclub de lecture. En effet, Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil est le roman qui a été choisi pour la lecture commune du mois de septembre. Je dois avouer que je ne m'étais jamais penchée sur la littérature japonaise avant de lire ce roman. Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil de Haruki Murakami a été pour moi une agréable découverte.

Hajime et  Shimamoto-San ont 12 ans lorsqu'ils se rencontrent. Ils sont dans la même classe. Ils rentrent de l'école ensemble, ils écoutent de la musique. Ils sont tous deux enfants uniques. Un lien particulier naît entre eux. Mais Hajime déménage. Et il ne retourne pas voir Shimamoto-San.
Puis le temps passe. Hajime devient adolescent et rencontre Izumi qu'il blesse profondément.
Il rencontre enfin Yukiko qui devient sa femme et avec laquelle il a deux filles. Il a maintenant sa propre famille, un travail qui lui plaît, une vie bien ordonnée.
Mais Shimamoto-San est celle qui a su éveiller en lui l'amour. Et au travers de chacune de ses rencontres amoureuses, c'est elle qu'il recherche.
Et un soir de pluie, elle réapparaît...

Dans Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil,  Haruki Murakami nous livre un roman d'amour. Un premier amour fou, un amour absolu. En l'absence de Shimamoto-San, Hajime se sent vide, creux, seul sans son amour. Un amour qui terrasse tout, même sa femme, ses enfants, tout ce qu'il a construit dans sa vie d'homme ordinaire. Il est prêt à tout dévaster pour aimer Shimamoto San, pour lui appartenir.
Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil est un roman mystérieux. Shimamoto-San disparaît pour "quelques temps" pour réapparaître "peut-être". On ne sait rien de cette femme. Elle ne dévoile rien de son existence. On devine qu'elle a une vie aisée, ne manque pas d'argent. Mais on ne sait pas si elle travaille, si elle est mariée. On sait juste qu'elle est en grande souffrance. Ce qu'on apprend d'une façon très abrupte lors de leur escapade dans la maison de campagne.
Arrivée à l'apothéose de leur relation, lorsque le charnel rejoint les sentiments, tout disparaît, tout s'évapore, comme si rien de tout cela n'avait jamais existé. Comme si tout n'avait été qu'une illusion...
Finalement cette histoire d'amour file comme la cendre, le long de la rivière pour rejoindre la mer...


Extrait :

"En me retournant sur le passé des années après, je me rends compte que cela me fit comprendre une seule vérité fondamentale : en définitive, je n'étais qu'un être humain ordinaire, capable de faire du mal. Jamais je n'avais pensé blesser quiconque. Mais, quels que soient les mobiles et l'idée qui y présidait, je pouvais, poussé par la nécessité, devenir cruel. J'étais un être humain, capable d'infliger une blessure fatale à l'être qui m'était le plus cher au monde, pour des raisons que je jugeais, moi, valables." (page 51).

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil de Haruki Murakami est un roman d'une grande sensualité, envoûtant, mystérieux, dans lequel la musique est omniprésente.


Nat King Cole - Pretend

Lu dans le cadre de la lecture commune du Blogoclub de lecture

 

Repost 0

Vous pouvez m'y trouver...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs