Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Karine et ses livres
  • Karine et ses livres
  • : Pour vous faire partager mes lectures ...
  • Contact

Bienvenue !


Bonjour et bienvenue à tous.
C'est en toute modestie que je vous ferai partager ma passion pour les livres (entre autres)...
N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire à votre passage.
Bonne visite...
Karine

Pour me contacter :
       

Recherche

Curiosités...


Il y a    personne(s) sur ce blog

Archives

A propos de...


Boîte à messages






"On peut juger de la beauté d'un livre à la vigueur des coups de poings qu'il vous a donnés
et à la longueur du temps qu'on met ensuite à en revenir"
Gustave Flaubert








* J'Y PARTICIPE... *






*****


   


*****

 

     


*****






 *****

 




*****

 

 

 



*****

* LIVRES *




*****
 


 *****

LECTURE EN COURS

une-place-a-prendre
Une Place à Prendre - J. K. Rowling

 

ALCOTT Louisa May - Les quatre filles du Docteur March
CONSTANTINE Barbara - A Mélie, sans mélo
CONSTANTINE Barbara - Tom petit Tom tout petit homme Tom
TENENBAUM Sylvie - Pardonner, tyrannie ou libération
TEULE Jean - Le magasin des suicides
THIRY Pierre - Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceay-les-Mines
THOMAS Chantal - Les adieux à la reine
TOLSTOI Léon - Anna Karénine
RULE Ann - Une vengeance au goût amer
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 06:45


La Fiancée de Lammermoor- Walter Scott
Éditions Phébus - 384 pages.

A la fin du XVIIe siècle, alors que l'avenir de l'Ecosse, bientôt ralliée au royaume d'Angleterre, semble menacé, un autre drame se joue au cour des Highlands.
Lorsque Edgar, le jeune maître de Ravenswood, sauve la vie de la douce et timide Lucy, il ignore qu'il vient de tomber sous le charme de la fille de son pire ennemi, Sir William Ashton.
Soumises aux rivalités ancestrales de leurs familles, les amours d'Edgar et de Lucy ne cesseront d'être contrariées par les machiavéliques tentatives de Lady Ashton, la despotique et arrogante mère de la jeune fille.

De la richesse des Ravenswood, il ne reste rien. Le père d'Edgar Ravenswood a tout perdu, jusqu'à la vie, et tous les biens de cette noble famille sont désormais la propriété de Sir William Ashton.
Or, alors que Lucy Ashton et son père se promènent sur leurs terres, ils sont sauvés d'une mort certaine par le jeune Lord Ravenswood. Entre les deux jeunes gens, un lien se tisse peu à peu. Une promesse est engagée. Or, Sir Ashton est l'ennemi juré de Lord Ravenwood. Le drame est scellé...

Cette histoire est riche en sentiments contrariés, tiraillés entre la haine et la vengeance, et l'amour.

"Déjà coexistaient chez lui deux passions contraires : le désir de venger la mort de son père, et une admiration étrangement lénifiante pour la fille de son ennemi." (page 100).

" Ses préjugés, pour enracinés qu'ils fussent, étaient de nature à céder devant l'amour et la gratitude. Les charmes réels de la fille, joints aux prétendus services du père, effacèrent de son esprit le serment de vengeance qui s'y était gravé au soir de funérailles de Lord Ravenswood. Mais ce serment, le destin l'avait entendu et enregistré." (page 192).

La mère de la jeune fille est particulièrement détestable, seul son arrivisme a de l'importance à ses yeux, au détriment du bonheur, et même de la vie de sa propre fille. C'est une manipulatrice diabolique, qui ne reculera devant rien pour arriver à ses fins.

Le personnage de Caleb, le vieux domestique fidèle aux Ravenswood est particulièrement drôle et attachant. Il fait preuve de zèle pour tenter de préserver l'honneur de la famille. Il utilise toutes les ruses en son pouvoir pour tenter de sauvegarder les apparences d'antan, et masquer la triste réalité. Il est très touchant dans sa simplicité et sa loyauté.

"Sa passion consiste à représenter les choses de notre misérable ménage, non pas comme elles sont, mais telles que, dans son opinion, elles devraient être. En fait, je me suis souvent diverti de ses expédients pour me procurer ce qu'il juge indispensable à l'honneur de ma famille, et plus encore de ses interminables excuses pour le manque des articles dont il s'ingénie sans succès à trouver les équivalents." (page 90).

Malgré un récit fort riche, et ponctué de légendes, j'ai eu de la difficulté à me sentir imprégnée par cette lecture. Le style par moment empesé de Walter Scottm'a parfois gêné dans ma lecture.

La fiancée de Lammermoor de Walter Scott a été lu dans le cadre du 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine 26/01/2009 11:31

@ Ankya : Fais moi signe quand tu l'auras lu, je viendrai voir ton avis !
@ Laetitia la liseuse : Non, je ne l'ai pas encore lu. Je viens de lire ton avis sur le nain noir, j'aurais peut être dû commencer par celui-là... Je suis bien tentée maintenant... ;-)

Laetitia la liseuse 26/01/2009 11:12

c'est moins motivant du coup. Je m'explique. Après avoir dévoré Le nain noir et succombée à l'écriture de Walter Scott, j'ai décidé d'acheter le gros livre chez Bouquins contenant La fiancée de ..., Rob Roy et un autre titre qui m'échappe. Seulement les pages sont désespéremment fines et l'écriture des plus petites. Et si j'avais vu avant la couverture que tu présentes, j'aurais sans doute choisi celui-ci. Tu as lu Le nain noir ?

Ankya 26/01/2009 11:11

Je l'ai mis dans ma LAL. J'espère qu'il me plaira :)

Karine 26/01/2009 09:13

@ Karine :) : Dommage ! ;-)
@ Géraldine : Moi j'aime bien ! ;-)

Géraldine 25/01/2009 23:56

Désolée, mais j'ai du mal avec les classiques précedent le 19ème... Les histoires qui se déroulent dans des époques limite moyenâgeuse ont beaucoup de mal à me captiver, que ce soit en livre ou en film !

Vous pouvez m'y trouver...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs