Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Karine et ses livres
  • Karine et ses livres
  • : Pour vous faire partager mes lectures ...
  • Contact

Bienvenue !


Bonjour et bienvenue à tous.
C'est en toute modestie que je vous ferai partager ma passion pour les livres (entre autres)...
N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire à votre passage.
Bonne visite...
Karine

Pour me contacter :
       

Recherche

Curiosités...


Il y a    personne(s) sur ce blog

Archives

A propos de...


Boîte à messages






"On peut juger de la beauté d'un livre à la vigueur des coups de poings qu'il vous a donnés
et à la longueur du temps qu'on met ensuite à en revenir"
Gustave Flaubert








* J'Y PARTICIPE... *






*****


   


*****

 

     


*****






 *****

 




*****

 

 

 



*****

* LIVRES *




*****
 


 *****

LECTURE EN COURS

une-place-a-prendre
Une Place à Prendre - J. K. Rowling

 

ALCOTT Louisa May - Les quatre filles du Docteur March
CONSTANTINE Barbara - A Mélie, sans mélo
CONSTANTINE Barbara - Tom petit Tom tout petit homme Tom
TENENBAUM Sylvie - Pardonner, tyrannie ou libération
TEULE Jean - Le magasin des suicides
THIRY Pierre - Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceay-les-Mines
THOMAS Chantal - Les adieux à la reine
TOLSTOI Léon - Anna Karénine
RULE Ann - Une vengeance au goût amer
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 06:21

Resurrection Row

 

Resurrection Row - Anne Perry

Editions 10/18 - 318 pages.

 

"Bas les masques", tel paraît être le mot d'ordre d'Anne Perry dans la série de romans où elle met en scène un couple de héros "victoriens", l'inspecteur Thomas Pitt et son épouse Charlotte, les personnages de roman policier les plus pittoresques et attachants qui nous aient été donnés à découvrir ces dernières années. Dans le Londres de la fin du XIXe siècle qui sert de cadre à leurs exploits, c'est en effet le code hypocrite de bonne conduite de la société anglaise qui se trouve singulièrement mis à mal, sa corruption et sa fausse respectabilité. Anne Perry ou le polar au vitriol : décapant !

 

En rentrant d'une sortie au théâtre, Charlotte et Thomas Pitt sont confrontés à la découverte d'un cadavre vraisemblablement exhumé. Et ce n'est qu'un début... Un vent de panique et de confusion souffle bientôt sur le quartier de Gadstone Park. Chacun soupçonne son voisin, et les commérages vont bon train. Lady Alicia, la jeune veuve d'Augustus Fitzroy-Hammond qui a déjà été inhumé deux fois, et son prétendant sont en première ligne. Dominic Corde, qui n'est autre que le veuf beau-frère de Charlotte, pour lequel elle ressentait un certain émoi durant sa jeunesse...

 

Dans une atmosphère où chacun doit garder la place qui est la sienne en respectant bien les codes de bonne conduite, Thomas Pitt, aidé de son épouse Charlotte vont avancer pas à pas et glaner des informations tout en délicatesse pour résoudre cette affaire sordide de cadavres exhumés.

 

Après L'étrangleur de Cater Street, Le mystère de Callander Square, et Le crime de Paragon Walk, Anne Perry nous offre une fois de plus une enquête originale menée de main de maître par notre attachant couple d'enquêteurs victoriens. Elle nous transportent dans le milieu aristocratique de Londres où règne profusion, cynisme et hypocrisie, et dans les bas-fonds londoniens où sévit la misère la plus cruelle. Deux mondes parallèles hermétiques que tout sépare...

 

Repost 0
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 06:59


Jane Austen à Canterbury- Stephanie Barron
Labyrinthes - 448 pages.

Malgré l'écrasante chaleur de cet été 1805 et les incessantes rumeurs d'invasion napoléonienne, la bonne société du Kent frémit à l'approche de la semaine hippique de Canterbury.
Amour du jeu, passion de la victoire, tensions de la défaite... les abords d'un champ de courses recèlent mille distractions aux yeux de Jane Austen, marquée par le décès récent de son père et venue quêter du réconfort chez son frère Neddie, juge du comté.
Mais le meurtre de Mrs Grey, élégante amazone et courtisane notoire, ainsi que la disparition du principal suspect, gentleman à la réputation apparemment irréprochable, vont lui faire apparaître les arcanes d'un monde trouble, où les écheveaux criminels se parent des masques de la respectabilité...

Dans Jane Austen à Canterbury, Stephanie Barronnous livre la quatrième partie du journal intime de Jane Austen. L'histoire se déroule durant l'été 1805, dans le comté du Kent, à Godmersahm Park, la propriété de son frère Neddie.

Alors que la famille Austen se trouve aux courses hippiques, Mr Grey est assassinée. Neddie, ayant été nommé juge de paix, il est chargé d'enquêter sur cette terrible affaire. Jane Austen, qui séjourne chez lui, va lui apporter son aide et sa perspicacité, et lui faire profiter de son expérience dans la résolution d'énigmes embrouillées.

Sont réunis dans ce roman une cohorte de personnages snobs et prétentieux, de personnages mystérieux, qui jouent à l'argent, l'amour, la trahison ou bien l'espionnage, le tout sous la menace de l'invasion des troupes du Monstre, autrement dit de Bonaparte.

Mais c'est sans compter sur la perspicacité de Jane Austen et de l'ensemble de sa famille, qui tous s'unissent ici pour lever les voiles et résoudre le mystère.

La condition de la femme à cette époque et ses difficultés y sont bien évidemment rappelées.

"Je fus incapable de lui répondre. J'avais le coeur lourd. Tant de jeunes dames, de bonne famille mais désargentées, sont contraintes d'accepter le quasi-esclavage de la condition de gouvernante ; condition ni humiliante ni gratifiante, mais oscillant le plus souvent entre les deux, selon les maisons et les personnes qui les emploient. Ces femmes vivent entre deux mondes, celui des domestiques et celui des gens de bien, sans vraiment appartenir à l'un ni à l'autre. elles ne cessent d'essuyer des reproches, endurent toutes sortes de menues privations, se voient constamment frustrées de leurs espoirs. Et elles terminent leur existence aussi pauvres qu'au premier jour, avec leurs maigres économies, ayant mis de côté sous à sous l'argent gagné au service successif de jeunes demoiselles écervelées à qui elles se sont efforcées d'inculquer quelque éducation ; leur beauté s'est fanée, et elles ont sacrifié les meilleures années de leur jeunesse." (page 253).

Ceci dit, j'ai été nettement moins séduite par ce volet que par les deux précédents (Jane Austen et le révérend et Jane Austen et l'Arlequin).
En effet, dès le début je soupçonnait la révélation du mystère de la robe retrouvée dans un fossé, ce qui m'a paru un peu agaçant de me faire trimbaler dans nombres d'hypothèses un peu loufoques, sans que nos enquêteurs ne pensent même pas à ce qui m'avait semblé être une évidence.
De plus, la fin m'a semblé un peu bâclée. J'ai trouvé qu'après avoir tourné en rond, la révélation finale nous est livrée tout en bloc, et que quelques personnages ne révèlent pas tous leurs mystères, comme le comte de Penfleur par exemple.

Jane Austen à Canterbury n'est toutefois pas une lecture désagréable, mais je pense que pour l'instant, je vais retrouver cette chère Jane sous d'autres aspects.

Repost 0
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 06:11


Tout est sous contrôle- Hugh Laurie
Sonatines Editions - 393 pages.

On peut avoir un caractère de chien, un sens de la répartie assassin, mais rester, même malgré soi, un mec bien. Hugh Laurie, formidable interprète du Dr House, a largement su le prouver sur le petit écran, il récidive avec ce thriller palpitant dont le héros, Thomas Lang est un ancien militaire d'élite qui, hormis sa Kawasaki ZZR 1100, n'a pas grand chose à perdre. Aussi, lorsqu'on lui propose 100 000 dollars pour tuer Mr Woolf, un riche homme d'affaires londonien, Thomas ne se contente pas de refuser poliment, mais pousse l'indécence jusqu'à essayer de prévenir la future victime du complot qui se trame contre lui. Une bonne intention ? L'enfer en est pavé.

On retrouve dans ce thriller aussi prenant qu'un livre de Robert Ludlum, aussi décapant qu'un épisode de Dr House, le mauvais esprit salvateur de Hugh Laurie, au service d'une intrigue passionnante et d'un personnage qu'on n'oubliera pas de sitôt.

Nous connaissons tous Hugh Laurie l'acteur.
Et bien en 1996, Hugh Laurie était aussi auteur.

Thomas Lang, un ancien militaire, est contacté pour tuer Mr Woolf, un riche homme d'affaire. Comme c'est un mec bien, il refuse et tente de le prévenir. Mais il se retrouve embarqué malgré lui dans une affaire de vente d'armes mêlée de terrorisme. Un véritable cauchemar !

J'ai eu dans la première partie, des moments d'essoufflements. Quelques longueurs, des touches d'humour qui m'ont semblées parfois un peu en surplus.
Puis dans la deuxième partie, captivée par ce récit, avide de savoir comment allait évoluer le sort de Thomas Lang, notre héros somme toute assez attachant.

"Mon bilan n'était pas spécialement positif. Même pas du tout. Mais, par principe, après un combat, gagné ou perdu, on passe les événements en revue pour essayer d'en tirer quelque chose. " (page 126).

"On désire parfois qu'un rêve devienne réalité, et là, c'était l'inverse. Plus que tout, je souhaitais que cette réalité particulière à laquelle j'étais confronté disparaisse comme un mauvais rêve." (page 201).

Tout est sous contrôle
est un thriller captivant, l'intrigue y est intéressante, l'humour, souvent grinçant, y est garanti.

Je ne résiste pas à vous mettre une photo de l'auteur...


Repost 0
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 06:36


Si tu m'aimais vraiment- Ann Rule
Le Livre de Poche - 512 pages.

Linda Brown, la jeune et jolie épouse d'un informaticien millionnaire, est retrouvée morte dans sa chambre à coucher, abattue de deux balles en plein coeur. La police arrête sa belle-fille Cinnamon, quatorze ans, qui avoue le meurtre et plaide coupable. Malgré la confession de l'adolescente condamnée par la justice, Jay Newell, enquêteur, et Jeoffrey Robinson, substitut du procureur, restent convaincus de son innocence. Grâce à leur curiosité et à leurs efforts conjugués, ils vont mettre au jour une odieuse machination, au péril de leur propre vie...

Ann Rule est l'auteur de thrillers authentiques. Je l'ai découverte avec Une vengeance au goût amer, qui m'avait donné envie de poursuivre avec cet auteur en lisant Si tu m'aimais vraiment.

Si tu m'aimais vraiment relate le crime de Linda Marie Brown, retrouvée chez elle, sur son lit, avec deux balles dans la poitrine. Cinnamon Brown, quinze ans, sa belle-fille est immédiatement recherchée puis inculpée et incarcérée. Affaire classée !

"Dans une enquête pour homicide, plus que dans toute autre mission policière, rien de devrait jamais être pris pour argent comptant." (page 44).

Mais Jay Newell, enquêteur du DA, lui, ne semble pas satisfait, "... il n'était toujours pas convaincu que toute la vérité avait été mise au jour." (page 145).
Avec Fred McLean et Jeoffrey Robinson, ils vont continjer à enquêter sur David Brown, le mari de Linda et le père de Cinnamon.

David Brown est un personnage complexe, difficile à cerner, même pour ses proches. A force de fouiller dans son passé, David apparaît comme un grand manipulateur, qui inspire à son entourage crainte et adulation. Tout ce qu'il veut, c'est qu'on lui obéisse.

"De loin, cet homme bedonnant avait l'air d'un personnage de dessin animé. Mais, de près, il avait quelque chose de maléfique." (page 217).


Ce qui est intéressant dans ce roman d'Ann Rule, c'est de suivre le déroulement de l'enquête dès l'appel passé à la police, de voir comment procèdent les enquêteurs, leurs méthodes. Sont ici décortiqués l'enquête, l'arrestation, le procès pour permettre au lecteur de comprendre.

Repost 0
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 06:31


Jane Austen et l’Arlequin
– Stephanie Barron

Editions du Masque - 385 pages.
 

Grande admiratrice de Jane Austen, Stephanie Barron a réalisé un vieux rêve en faisant vivre à cet auteur victorien, à l’existence en apparence très tranquille, des aventures où interviennent de nombreux personnages historiques. Elle vie à Evergreen, dans le Colorado.

 

Jane Austen et l’Arlequin est le troisième volet du journal intime de Jane Austen. L’ont précédé Jane Austen à Scargrave Manor (que je n’ai pu me procurer) et Jane Austen et le révérend.

 

L’aventure se déroule à Bath, pendant les fêtes de Noël de l’année 1804.

Jane Austen, résidant à Bath, s’est vu confier par son ami Lord Harold Trowbridge la tâche de veiller sur sa nièce, Lady Desdemona, laquelle y a rejoint sa grand-mère afin d’y éviter les assiduités de Lord Swithin.
Or, lors du bal masqué, auquel Jane Austen est invitée, chez la duchesse de Wilborough, un arlequin est assassiné.
Le neveu de Lord Harold, Lord Kinsfell étant soupçonné du meurtre, Jane Austen met sa clairvoyance au service de son ami afin d’élucider le mystère.

 

« J’ai souvent remarqué, Eliza, que les gens dont l’existence paraît enviable, parce qu’ils ne manquent de rien ou présentent les signes extérieurs du bonheur, dissimulent en réalité d’immenses chagrins, observai-je, songeuse. » (page 76).

 

C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé cette chère Jane Austen.
Elle porte ici, comme dans ses romans un œil ironique sur ces contemporains.
Certains détails sur son quotidien sont révélés. Je me suis plu à retrouver dans certains épisodes de sa vie, certains passages livrés dans ses romans, voire dans ses personnages.
Le révérend Austen, m’a d’ailleurs semblé avoir inspiré Mr Bennet dans Orgueil et préjugés, pour son humour et la complicité qui le lie à sa fille. Et sa sœur Cassandra, Jane pour sa gentillesse.

L'enquête est menée de main de maître par Lord Harold et Jane Austen, et le suspense maintenu jusqu'à la fin du roman.

Une très sympathique lecture. 


Aventure à suivre donc…

Repost 0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 06:56


Monestarium- Andrea H. Japp
Le Livre de Poche - 384 pages.

1288. Al Iskandarïyah, Egypte. Un marchand récupère la lourde besace d'un voyageur agonisant, ignorant qu'il vient de signer son arrêt de mort. Il est égorgé alors qu'il tente de vendre le sac à l'intermédiaire du comte Aimery de Mortagne.
1307, abbaye de femmes des Clairets, France. Une moniale, Angélique, est découverte étranglée. Sans doute parce qu'elle ressemblait beaucoup à l'une de ses soeurs, Marie-Gillette d'Andremont, qui a fui l'Espagne après l'assassinat de son amant.
D'autres meurtres surviennent.
Se peut-il que le meurtrier soit le même que celui de l'amant de Marie-Gillette ? Et quel est donc le rôle exact du comte de Mortagne, qui arrive très à propos à l'abbaye ?
Construit comme un huis clos,
Monestarium est un thriller historique haletant.

Monestarium d'Andrea H. Japp est un polar médiéval dans lequel se mêlent mystère, espionnage, complots, meurtres au sein de l'abbaye de femme des Clairets.
Dans cette abbaye, où les meurtres se succèdent, on découvre, au fil du roman, que les moniales ne sont en fait pas celles qu'elles prétendent être. Petit à petit, les masques tombent, tenant le lecteur en haleine jusqu'à la fin. Les véritables visages se dévoilent.
Mais pourquoi ces meurtres ? Tout est parti d'un sac maudit, fort convoité, mais dont personne ne semble savoir exactement ce qu'il contient...

Extraits :

"D'un autre côté, la constant promiscuité de Firûz avec son chargement lui rongeait la vie, sans qu'il sache pourquoi. Il craignait qu'on le lui vole et pourtant, il ne supportait plus d'y penser à chaque instant. Le paquet lui pesait sur l'âme, de plus en plus. Depuis quelque temps, il le rendait responsable du dernier sourire de l'homme noir croisé à Alexandrie. La mort avait libéré l'homme de son fardeau, enfin." (page 27).

"- Voyez-vous, ma chère mignonne, la politique est comme une femme aimée aux yeux d'un amoureux qui se languit. Tous les moyens sont bons pour la convaincre de la perte qui serait sienne si son soupirant venait à s'en lasser. le mensonge devient flatterie, la glatterie compliment, le compliment courtoisie de bon aloi. Le but de cette cascade métamorphoses est de faire croire à la femme désirée que le désir vient d'elle. Ainsi s'agace-t-elle de reculades qui ne sont que des feintes. Elle devient alors imprudente et avance d'un pas. Pas à pas, elle parvient où vous souhaitiez la conduire. Mais attention, en amour comme en politique, il vonvient que la manipulée ne sache jamais qu'elle fut menée, sans quoi elle pourrait bien vous réserver un coup de l'âne." (page 186). 

Monestarium d'Andrea H. Japp a été une très agréable découverte.
J'ai été captivée par ma lecture, tenue en haleine par les révélations des véritables personnalités de chacun, et du mystère convoité.
J'ai énormément apprécié de me retrouver plongée dans cette atmosphère moyenâgeuse grâce aux descriptions et au vocabulaire employés par l'auteur. J'aime me retrouver dans des époques passées, et cela a été une grande réussite avec Monestarium.

L'avis de Chris89.


Je remercie  et  de m'avoir permis cette belle découverte.

Repost 0
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 06:16



Jane Austen et le révérend- Stephanie Barron
Editions du Masque - 414 pages.

Auteur reconnue et appréciée pour avoir su dépeindre avec habileté et talent les moeurs de sont temps, Jane Austen n'a pas eu la vie terne et rangée que lui prêtent souvent les biographes officiels.
Stephanie Barron, qui en a fait son héroïne, le prouve une nouvelle fois ici.

Dans Jane Austen et le révérend, Stephanie Barron fait de Jane Austen son héroïne. Elle présente ce roman comme étant "les mémoires des "aventures policières" de Jane Austen, alors qu'elle résidait à Lyme à la fin de l'été 1804". Pour réaliser cette oeuvre, elle s'est inspirée de "la découverte récente de nombreux journaux de Jane Austen - que l'on avait longtemps cru perdus -, actuellement en cours de restauration et de publication aux Etats-Unis, qui permet enfin de révéler au monde la véritable histoire des aventures extraordinaires de jane à Lyme, sous la forme d'une journal intime".

Alors qu'ils quittent Bath pour aller séjourner à Lyme, les Austen - le révérend Austen, Mrs Austen, Cassandra et Jane - sont victimes d'un accident de chaise de poste sur une route isolée. Cassandra ayant perdu connaissance, Jane est contrainte d'aller demander de l'aide à High Down Grange auprès de Geoffrey Sidmouth...

Jane Austen et le révérend est le deuxième roman de la série écrite par Stephanie Barron, dans laquelle Jane Austen mène l'enquête.
Jane Austen est présentée comme une jeune femme intelligente, vive, courageuse, dont le charme est loin de laisser ces messieurs indifférents. Comme certaines de ses héroïnes, elle a le verbe acéré.
Stephanie Barron m'a permis de me retrouver dans cet univers so british du XIXème avec ses règles et ses coutumes.
Je me suis donc plongée avec plaisir dans cette enquête menée brillamment par Miss Jane Austen de Bath, où se mêlent mystère et séduction.
Jane Austen et le révérend de Stephanie Barron a été une très sympathique découverte, que je vais très probablement poursuivre avec la suite des aventures de Jane Austen...

Repost 0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 06:12


Une vengeance au goût amer– Ann Rule

Michel Lafon – 396 pages.


En apparence, Mike et Deborah ont tout pur être heureux. Ce jeune couple de médecins a trois enfants, habite dans une banlieue cossue et possède une maison splendide… Mais peu à peu, ce bonheur s’effrite. Mike souffre de maux de plus en plus graves dont nul ne connaît la cause. Leur demeure est incendiée et deux de leurs enfants meurent dans les flammes…
La police s’acharne à trouver un début de piste. Mike et Deborah n’ont pas d’ennemi connu. Qui alors peut bien s’attaquer à eux de façon si cruelle ?


Ann Rule est une romancière américaine spécialisée dans l’étude des tueurs en série. Ancien policier, elle est l’auteur de romans policiers « vrais ».


Une vengeance au goût amer
retrace la descente aux enfers d’une famille.

Mike et Deborah ne sont pas heureux en ménage. Lui passe de plus en plus de temps au travail, elle a abandonné le sien pour s’occuper de leurs trois enfants, et se retranche derrière ses livres.

La vie de famille est de plus en plus insupportable et Mike décide de demander le divorce. Mais Deborah ne compte pas lui rendre la vie plus facile…


Ann Rule transpose les faits qui se sont déroulés, un peu à la manière d’un documentaire policier. Elle retrace ce qu'a été la vie de cette famille, comment elle en est arrivée à se détruire. Elle explique aussi l'enquête et enfin le procès d'une façon claire et méthodique.

Je me suis retrouvée happée par le récit de cette famille malheureuse, plongée dans la folie et l’enfer. Certains passages sont difficiles, révoltants, insupportables tant ils sont horribles et cruels. La catastrophe fatale est pressentie, inévitable… Mais on ne peut y croire, tellement elle est odieuse et intolérable !

Une vengeance au goût amer d’Ann Rule est un roman qui m’a captivée. Impossible de le quitter avant d’avoir tourné la dernière page. Adultère, suicide, empoisonnement, pyromanie, meurtres sont autant d’ingrédients qui font de ce roman un cocktail explosif !

 

Une vengeance au goût amer est le premier roman d'Ann Ruleque je lis, et assurément pas le dernier ! En refermant ce livre, j’ai eu envie de poursuivre ma découverte des autres ouvrages de cet auteur...

 

Je remercie Louise Leguay et les éditions  de m'avoir permis de découvrir Une vengeance au goût amer d'Ann Rule !

L'avis de Géraldine.

 

Repost 0
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 06:49


Six appeal- Janet Evanovich
Pocket - 342 pages. 

Nouveau dilemme pour la chasseuse de primes Stéphanie Plum : son mentor, l'énigmatique Ranger, est soupçonné d'avoir abattu le fils d'un illustre trafiquant d'armes. Recherché par la police, le tueur présumé a pris la fuite. En charge de le ramener au poste, miss Catastrophe se lance dans une traque improvisée et chaotique. D'autant plus rocambolesque que sa vie privée frôle, comme d'habitude, le point de rupture. Entre sa grand-mère Mamie Mazur qui débarque à la maison en pleine crise prépubère, les assauts de plus en plus torrides de l'érotique Joe Morelli et l'arrivée dévastatrice de Bob, cabot boulimique adepte des fast-foods, Stéphanie ne soupçonne pas qu'un danger plutôt inattendu la guette...

Dans ce sixième opus des aventures de la chasseuse de primes Stépanie Plum, Ranger est en fuite, car recherché pour témoigné sur le meurtre d'Homer Ramos, un dangereux traficant d'armes. Alors qu'il se cache, il fait appel à Stéphanie afin de l'aider à mener sa propre enquête sur cette affaire délicate.
Outre sa surveillance de la famille traficant d'arme, elle est aussi chargée par Vinnie de mettre la main sur un DDC complètement barge qui a tué sa femme.
Pour simplifier tout ça, Mamie Mazur vient squatter son appartement en attendant de trouver un job, un appart, et de passer son permis de conduire... Et comme si ça ne suffisait pas, elle se retrouve affublée d'un nouveau compagnon : Bob, un Golden retriever à la mèche rebelle...
Le tout en résistant aux assiduités du sexy Joe Morelli, plus pressant que jamais, alors que Ranger ne la laisse pas indifférente... Pas facile à gérer tout ça !

Extraits :

- "Et puis il m'embrassa. Pas de doute sur ses intentions, cette fois. Pas le genre de baiser qu'on donne à sa cousine, par exemple. Plutôt le genre de baiser qu'un homme réserve à une femme quand il a envie de lui arracher tous ses vêtements et de lui offrir une bonne raison de chanter alléluia." (page 179).

- "Mamie n'était pas encore partie, elle se préparait pour sa leçon de conduite. Elle portait son survêtement violet, des baskets à semelles compensées et un tee-shirt Bart Simpson à manches longues." (page 194).

C'est à nouveau avec grand plaisir que j'ai retrouvé miss catastrophe, toujours incapable de ne pas mettre le feu, emboutir, ou exploser sa voiture. La seule qui résiste est cette foutue grande bleue, la Buick 53 de son oncle, qui s'en tire sans une égratignure, quoi qu'il arrive !
Quant à Mamie Mazur, elle ici plus déjantée que jamais avec un look complètement farfelu, à son image.
Tout simplement hilarant !!!
A suivre...

 

Repost 0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 06:36


Cinq à sexe- Janet Evanovich
Éditions Payots & Rivages- 406 pages.

La semaine s'annonce chargée pour Stéphanie Plum. Au programme et dans le désordre : remettre la main sur l'Oncle Fred avant que sa femme ne dilapide cinquante ans d'économie domestique. Identifier le propriétaire d'un corps découpé en morceaux. Se débarrasser d'un nain ombrageux qui a élu domicile chez elle. Échapper aux griffes d'un boxeur psychopathe qui a rencontré Dieu en prison. Trouver l'argent du loyer sans risquer sa peau en acceptant les missions spéciales que lui confie Ranger, son trop séduisant mentor. Dénicher LA petite robe noire pour vamper Morelli, le flic le plus sexy de la ville.
A priori, rien d'insurmontable pour la tonitruante et désopilante Stéphanie Plum
.

Stéphanie Plum est chargée de rechercher son oncle Fred, disparu alors qu'il voulait régler un problème avec la société de ramassage des ordures ménagères. Mais l'affaire se révèle beaucoup moins simple qu'il n'y paraît. Pour couronner le tout, elle est poursuivie par un dangereux boxeur psychopathe qui la destine à rencontrer Dieu...
Heureusement, qu'elle peut compter sur le soutien de Ranger, son mentor, qui lui propose de bosser pour lui, afin de pouvoir venir à bout de son loyer et de ses factures. Mais attention danger ! Ranger est de plus en plus attirant, et son charme ne laisse pas indifférent...

Une fois de plus, j'ai passé un excellent moment avec miss catastrophe qui enchaine les mésenvatures, et dont les voitures explosées ne sont que routine. Elle est aidée dans sa tache par la pétillante Mamie Mazur, qui n'hésite pas à prendre en photo dans son cercueil un mort qui s'est fait sauter la tête (je vous laisse imaginer la scène)...
Et pour mon plus grand plaisir, elle est entourée de Joe Morelli et de Ranger, qui rivalisent de sexytude... *soupir*

Extrait :

- "- J'ai vu comme il te regardait, dit Lula. Et je sais que ses collaborateurs, comme tu dis, il les regarde pas comme ça. Je crois que t'as vraiment besoin qu'il t'explique le profil de ton poste. Pour moi, tu me diras, ça changerait rien. Si je pouvais ne serait-ce que toucher le corps de ce mec, putain, mais c'est moi qui lui achèterais une Porche !" (page 292).

Décidément, je ne m'en lasse pas !
A suivre...

Repost 0

Vous pouvez m'y trouver...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs