Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Karine et ses livres
  • Karine et ses livres
  • : Pour vous faire partager mes lectures ...
  • Contact

Bienvenue !


Bonjour et bienvenue à tous.
C'est en toute modestie que je vous ferai partager ma passion pour les livres (entre autres)...
N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire à votre passage.
Bonne visite...
Karine

Pour me contacter :
       

Recherche

Curiosités...


Il y a    personne(s) sur ce blog

Archives

A propos de...


Boîte à messages






"On peut juger de la beauté d'un livre à la vigueur des coups de poings qu'il vous a donnés
et à la longueur du temps qu'on met ensuite à en revenir"
Gustave Flaubert








* J'Y PARTICIPE... *






*****


   


*****

 

     


*****






 *****

 




*****

 

 

 



*****

* LIVRES *




*****
 


 *****

LECTURE EN COURS

une-place-a-prendre
Une Place à Prendre - J. K. Rowling

 

ALCOTT Louisa May - Les quatre filles du Docteur March
CONSTANTINE Barbara - A Mélie, sans mélo
CONSTANTINE Barbara - Tom petit Tom tout petit homme Tom
TENENBAUM Sylvie - Pardonner, tyrannie ou libération
TEULE Jean - Le magasin des suicides
THIRY Pierre - Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceay-les-Mines
THOMAS Chantal - Les adieux à la reine
TOLSTOI Léon - Anna Karénine
RULE Ann - Une vengeance au goût amer
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 14:42
 

 En attendant l’aube – Ann Moore
Editions France Loisirs, 660 pages.

 Elle a franchi un océan pour fuir l’Irlande, dévastée par la famine et les exactions des Anglais…
Hantée par la disparition de Morgan, l’amour de sa vie et le père de ses enfants, héros de l’indépendance irlandaise, Grace O’Malley a découvert à New York les dures réalités qui attendaient les dernières vagues d’immigrants : chômage, misère, exploitation éhontée, discriminations de tous ordres. Des débuts plutôt rudes dans le Nouveau Monde…
L’existence de la jeune Irlandaise semble pourtant s’éclairer lorsqu’un brillant officier de marine, tombé amoureux d’elle, la demande en mariage. Elle traversa l’Amérique pour le rejoindre à San Francisco.
Elle ignore encore qu’elle devra affronter bien des embûches en attendant cette aube qu’elle appelle de tous ses vœux…

 En attendant l’aube est le dernier roman de la trilogie d’Ann Moore, qui débute par Grace O’Malley, et est suivie par Loin de l’Irlande.

Pour commencer, je dois avouer que j’ai été un peu gênée par le début de ce roman pour deux raisons : le changement de nom subit d’un des personnages et la réapparition miraculeuse du deuxième mari mort de l’héroïne.
En effet, le fils de Grace O’Malley et de Morgan McDonagh, qui se prénommait Morgan dans les deux romans précédent à tout à coup changé de nom pour prendre celui de Jack. J’ai donc eu du mal au tout début à comprendre qui était ce Jack…. Puis l’explication arrivant, on s’y fait.
De plus, on apprend que le mari de Grace O’Malley, Morgan McDonagh est vivant. Il réapparait, comme par miracle, alors qu’on le croyait mort tout au long du deuxième roman. Mais on s’y fait aussi.
Et finalement, cette réapparition permet de poursuivre l’aventure de notre héroïne pour savoir si finalement nos deux tourtereaux vont réussir à se retrouver, ou pas…

Le dernier tome de cette trilogie n’a pas été mon préféré, et il m’a un peu déçu par rapport aux deux précédents, dans lesquels était plus développée la vie des irlandais à l’époque que ce soit dans leur patrie d’origine où en tant qu’immigrés américains.
J’ai trouvé dommage que le récit de ce troisième volet soit plus axé sur la vie amoureuse de notre héroïne, savoir si elle allait finalement épouser le brave capitaine Reinders, ou si son mari Morgan McDonagh allait réussir à la retrouver à temps… Evidemment, il y a autre chose à se mettre sous la dent, mais bon…

Extraits :

« … Pourquoi éprouvait-on de la compassion pour les victimes d’accident, de vol, de violence, et même de meurtre, mais pas pour les victimes de viol ? Le viol était un péché comme les autres, et pourtant les femmes en étaient jugées complices…En fait, le viol aurait dû s’appeler torture, car ses tourments perduraient bien plus longtemps que le corps ne mettait à s’en guérir ; c’était, peut-être, le pire des crimes qu’un homme puisse commettre, car il s’emparait alors de l’âme, de la joie, de l’innocence, de la confiance, et de la capacité d’une femme à aimer librement, sans être entravée par la peur. »

« -… Pourquoi quiconque devrait-il payer pour être né comme il est né, alors que c’est la manière dont nous menons notre vie qui fait de nous ce que nous sommes ?... »

 Bon, finalement, c’est une histoire plutôt agréable à lire dans l’ensemble.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine 07/06/2008 21:08

@ Maeve : En fait cette trilogie ne ressemble pas à du "Harlequin", mais ce n'est pas non plus de Jane Austen...
Les deux premiers tomes sont plus axés sur la vie des irlandais (sur leur terre sous le joug anglais, ou immigrés en Amérique), que le troisième, que j'ai un peu moins aimé d'ailleurs.
Quant au nom de notre héroïne, en effet, dans l'histoire, ses parents la baptisent Grace O'Malley en hommage à cette femme pirate.

Maeve 07/06/2008 16:03

Je ne connaissais pas l'existence de cette trilogie. Ca ressemble un peu à un livre d'une série "Harlequin" ou je me trompe ? Par contre, en Irlande il existe un personnage historique dénommé Grace O'Malley, une femme "corsaire" en quelques sortes. Mais sa vie, ce n'est pas du tout ça ! C'était un bourreau des coeurs pour arriver à ses fins, une femme intelligente par ailleurs.

Vous pouvez m'y trouver...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs