Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Karine et ses livres
  • Karine et ses livres
  • : Pour vous faire partager mes lectures ...
  • Contact

Bienvenue !


Bonjour et bienvenue à tous.
C'est en toute modestie que je vous ferai partager ma passion pour les livres (entre autres)...
N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire à votre passage.
Bonne visite...
Karine

Pour me contacter :
       

Recherche

Curiosités...


Il y a    personne(s) sur ce blog

Archives

A propos de...


Boîte à messages






"On peut juger de la beauté d'un livre à la vigueur des coups de poings qu'il vous a donnés
et à la longueur du temps qu'on met ensuite à en revenir"
Gustave Flaubert








* J'Y PARTICIPE... *






*****


   


*****

 

     


*****






 *****

 




*****

 

 

 



*****

* LIVRES *




*****
 


 *****

LECTURE EN COURS

une-place-a-prendre
Une Place à Prendre - J. K. Rowling

 

ALCOTT Louisa May - Les quatre filles du Docteur March
CONSTANTINE Barbara - A Mélie, sans mélo
CONSTANTINE Barbara - Tom petit Tom tout petit homme Tom
TENENBAUM Sylvie - Pardonner, tyrannie ou libération
TEULE Jean - Le magasin des suicides
THIRY Pierre - Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceay-les-Mines
THOMAS Chantal - Les adieux à la reine
TOLSTOI Léon - Anna Karénine
RULE Ann - Une vengeance au goût amer
13 octobre 2008 1 13 /10 /octobre /2008 06:21
 


Notre petite vie cernée de rêves- Barbara Wersba
Editions Thierry Magnier - 176 pages.

Avec rien on peut vivre très fort.
Orpha Woodfin en est la preuve vivante. Cette très vieille femme, semi-clocharde, est la voisine d'Albert.
Jusqu'alors, dans ce petit lotissement, entouré de parents sans ambition, Albert avait la tête dans les étoiles. Avec Orpha, comédienne célèbre en son temps, voilà qu'il tient enfin une interlocutrice à sa mesure. Au fil des jours, ils auront des conversations passionnantes sur l'art, l'écriture, la vie... Ainsi, auprès d'elle, Albert s'éveille, se prend à vivre ses rêves. Tout devient possible, il suffit d'y croire. De croire aussi à une amitié hors norme, à une complicité qui se joue des générations.

Albert Scully est un adolescent mal dans sa peau. Il souffre de l'incompréhension de ses parents, de la solitude et de son impopularité. Il pense être un raté. Il n'a absolument pas les mêmes ambitions que les jeunes de son âge. Lui, préfère jardiner, lire, collectionner les citations...
 
Il faut dire qu'il n'est pas vraiment aidé par la cellule familiale. Ses parents sont en perpétuels conflits.
Sa mère, qui parait d'emblée fort peu attachante (et c'est peu de le dire), est une femme aigrie, irritable, mal dans sa peau, qui voudrait vivre comme dans les films, et tente de trouver son bonheur dans l'avoir. Dépensière compulsive, elle semble porter plus d'intérêt au dernier grille pain sur le marché qu'au bonheur de son fils. Un personnage hystérique, horripilante !
Quant au père, il est courtier en assurance parce qu'il a abandonné sa passion pour épouser madame grille-pain. Inutile de préciser qu'il tente d'oublier le ratage de sa vie avec ses doses quotidiennes d'alcool.
Dans un tel environnement, difficile d'éviter la déprime pour le jeune Albert.

Alors qu'il pense être un raté tant son entourage le trouve bizarre, il fait la connaissance de Mme Orpha Woodfin. Mme Woodfin est une voisine âgée, qui vit dans une maison délabrée entourée de ses livres et de ses fleurs. C'est devant un verre de Xérès qu'elle lui révèle qu'il est tout simplement "différent", comme le sont souvent les gens exceptionnels.
Cette rencontre va être pour Albert le commencement d'une nouvelle vie...

Cette amie d'une autre génération va lui offrir la confiance en soi. Elle va lui permettre de croire en lui et de s'accepter tel qu'il est, avec ses différences, sans se préoccuper d'appartenir à un quelconque groupe qui ne lui correspondra pas.

Extraits :

"Votre âme vous est fidèle si vous lui êtes fidèle,mais le monde s'y entend pour vous filer entre les doigts" (page 31).

"Si un homme marche à un autre pas que ses camarades, c'est peut-être qu'il entend le son d'un autre tambour. Laissons-le suivre la musique qu'il entend, qu'elle qu'en soit la cadence." (page 73).

"Le plus important, c'était qu'elle m'avait permis de me sentir différent, et grâce à cela, je m'étais vu comme une personne à part entière pour la première fois de ma vie. Un garçon nommé Albert Scully qui était peut-être le plus grand taré de l'univers, mais qui deviendrait quelqu'un malgré tout." (page 166).

Notre petite vie cernée de rêves de Barbara Wersba est un véritable bijou. Un roman sur l'apprentissage de la vie, la tolérence et sur l'acceptation de soi. Dès les premières lignes, on se sent aspiré par le récit, par les révélations qui vont nous être faites. C'est l'histoire d'une amitié, d'une belle rencontre.
Un récit émouvant, ponctué de citations qui sont autant de beaux messages à méditer.
Ce roman a été pour moi un véritable coup de coeur. A lire à tout âge.

Un grand merci à Lilly pour m'avoir prêté ce

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine 16/03/2009 13:14

@ Liliba : Je reconnait qu'on sent arriver le dénouement, mais ça n'a en rien gâché ma lecture.

liliba 16/03/2009 12:41

Je viens de le terminer, et si j'ai trouvé cette lecture très agréable, je trouve cependant qu'on s'attend un peu trop au dénouement, et les relations entre cette charmante vieille dame et le jeune garçon ne sont pas assez approfondies.

Leiloona 03/11/2008 09:07

Je ne suis pas entrée du tout dans l'histoire. Mon avis est bien plus mitigé.

Karine 21/10/2008 11:24

@ Karine :) : N'hésite pas !
@ Lou : Contente qu'il t'ait plu. Je vais venir faire un tour chez toi pour voir ton billet... ;-)

Lou 20/10/2008 21:46

Je l'ai beaucoup aimé. Merci encore pour l'envoi :)

Vous pouvez m'y trouver...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs