Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Karine et ses livres
  • Karine et ses livres
  • : Pour vous faire partager mes lectures ...
  • Contact

Bienvenue !


Bonjour et bienvenue à tous.
C'est en toute modestie que je vous ferai partager ma passion pour les livres (entre autres)...
N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire à votre passage.
Bonne visite...
Karine

Pour me contacter :
       

Recherche

Curiosités...


Il y a    personne(s) sur ce blog

Archives

A propos de...


Boîte à messages






"On peut juger de la beauté d'un livre à la vigueur des coups de poings qu'il vous a donnés
et à la longueur du temps qu'on met ensuite à en revenir"
Gustave Flaubert








* J'Y PARTICIPE... *






*****


   


*****

 

     


*****






 *****

 




*****

 

 

 



*****

* LIVRES *




*****
 


 *****

LECTURE EN COURS

une-place-a-prendre
Une Place à Prendre - J. K. Rowling

 

ALCOTT Louisa May - Les quatre filles du Docteur March
CONSTANTINE Barbara - A Mélie, sans mélo
CONSTANTINE Barbara - Tom petit Tom tout petit homme Tom
TENENBAUM Sylvie - Pardonner, tyrannie ou libération
TEULE Jean - Le magasin des suicides
THIRY Pierre - Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceay-les-Mines
THOMAS Chantal - Les adieux à la reine
TOLSTOI Léon - Anna Karénine
RULE Ann - Une vengeance au goût amer
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 06:40


Tess d'Urberville- Thomas Hardy
Le Livre de Poche - 480 pages.

Jeune paysanne innocente placée dans une famille, Tess est séduite puis abandonnée par Alec d'Urberville, un de ses jeunes maîtres. L'enfant qu'elle met au monde meurt en naissant.
Dans la puritaine société anglaise de la fin du XIXe siècle, c'est là une faute irrémissible, que la jeune fille aura le tort de ne pas vouloir dissimuler. Dès lors, son destin est une descente aux enfers de la honte et de la déchéance.
Thomas Hardy (1840-1928) signe avec cette oeuvre pessimiste, où la richesse des tableaux rustiques du Wessex ne fait que souligner la noirceur de l'univers social, un des chefs-d'oeuvre du roman anglais, magnifiquement porté à l'écran par le cinéaste Roman Polanski.


Tess est une jeune-fille tout juste sortie de l'enfance lorsque ses parents l'envoient travailler chez une riche cousine, avec dans l'idée qu'une beauté comme leur fille ne pouvait laisser insensible son cousin.
Mais le cousin en question, Alec d'Urberville, est loin d'être un homme de vertu.
Quatre mois après, Tess revient chez ses parents pour s'isoler.

"Tess ne prenait d'exercice qu'à la nuit et c'était dans les bois qu'elle se sentait le moins isolée. Elle savait saisir, à l'épaisseur d'un cheveu près, l'instant du soir où la lumière et les ténèbres sont en si parfait équilibre que le jour contraint de s'arrêter et la nuit indécise se neutralisent l'un l'autre et laissent à l'esprit une liberté absolue. Alors le triste fait de vivre s'atténue pour tomber dans l'insignifiance. Elle ne craignait pas les ténèbres, sa seule idée était de fuir l'humanité, ou plutôt ce froid agglomérat qu'on nomme le monde et qui, si terrible dans sa masse, est si peu formidable, si pitoyable même, dans ses unités." (page 116).

Cette enfant y a un enfant qui ne survivra pas.
Partie travailler comme laitière, elle est charmée par Angel Clare, fils de pasteur venu apprendre le métier de fermier. Celui-ci, sensible au charmes de la jolie jeune-fille lui demande de l'épouser. En femme d'honneur, et malgré son coeur, elle ne peut que le refuser, indigne de cet amour, à cause de son passé.

"La lutte était terrible ; son propre coeur était si fort de connivence avec celui d'Angel ! Deux coeurs ardents contre une pauvre petite conscience ! elle essayait de fortifier sa résolution par tous les moyens possibles." (page 204).

Torturée par son passé, Tess est subjuguée par son amour pour Clare et ne peut finalement se résoudre à lui révéler son terrible secret. Elle accepte d'être sa femme, tailladée par la culpabilité.

"Son affection pour lui était maintenant son souffle et sa vie ; elle en était enveloppée comme d'une atmosphère lumineuse dont l'éclat lui faisait oublier les chagrins passés et contenait les spectres sombres, toujours prêts à s'avancer pour la saisir : doutes, craintes, mélancolie, honte et soucis. Elle savait qu'ils attendaient, pareils à des loups, au-delà du cercle de lumière ; mais elle avait pour longtemps le pouvoir de les y retenir en sujétion affamée. Son âme oubliait et son intelligence se souvenait. Elle marchait dans la clarté, mais elle savait que ces fantômes de ténèbres rôdaient toujours à l'écart. Peut-être s'éloignaient-ils, peut-être s'approchaient-ils un peu plus chaque jour." (page 224).

Lorsque tout juste mariés, Clare apprend la triste vérité sur l'histoire de Tess, il ne peut lui pardonner.

"Elle découvrit alors, dans les paroles d'Angel, ce qu'elle pressentait dans ses inquiétudes passées. Il la considérait comme une sorte d'imposteur, comme une femme coupable, ayant pris le masque d'une innocente. alors son visage terrifié blêmit, ses joues s'affaissèrent, sa bouche se contracta et s'arrondit. L'horrible conscience d'être jugée ainsi lui causa un si mortel accablement qu'elle chancela." (page 257).

"Et, en considérant ce que Tess n'était pas, il négligeait ce qu'elle était, et il oubliait que l'imperfection peut être supérieure parfois à la perfection même." (page 292).

Elle se retrouve seule, livrée à elle-même, sans personne pour prendre soin d'elle.

Thomas Hardy, nous offre une description détaillée et harmonieuse des paysages.
Il dépeint à merveille la société rurale de l'époque et les difficultés de cette population.
Et c'est avec tout autant de finesse qu'il nous révèle la nature humaine.

Thomas Hardy
nous livre dans Tess d'Urberville une critique sociale sur la place de la femme dans la société. La femme y est entièrement soumise, d'abord à ses parents et à sa famille, puis à son mari. Elle n'a absolument pas les mêmes droits moraux que l'homme. La même faute est acceptable et pardonnable pour le mari, et intolérable pour la femme.
Ce qui me mène à la question suivante : le monde a-t-il vraiment évolué depuis cette époque ?

Tess d'Urbervilleest un roman sombre et merveilleux. L'histoire de Tess, une jeune fille naïve et tourmentée, livrée à elle-même, contre laquelle le sort n'a de cesse de s'acharner...
J'aurais eu envie, au fil de ma lecture, de voir cette jeune fille attachante se rebeller, ne pas tout accepter, en courbant l'échine, se réveiller de son cauchemar et enfin voir le bonheur éclairer sa vie. Mais Thomas Hardy avait d'autres projets pour notre héroïne. Et au fil des pages, on pressant l'irrémédiable gouffre qui va l'enliser...

Un coup de coeur !

L'avis de Restling, Anjelica, Ys, Romanza.

Tess d'Urberville
de Thomas Hardy a été lu dans le cadre du

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine 05/10/2009 10:10


@ Lou : Oui !!! Lis-le, lis-le ! Je suis sûre qu'il te plaira !! ;-)


Lou 04/10/2009 22:47


Je dois le lire absolument !:)


Karine 28/09/2009 20:07


@ Florinette : Oui mais là, c'est pour la bonne cause, parce qu'il est vraiment bien ce livre !!! ;-)


Florinette 28/09/2009 09:00


Encore un qui va venir s'inscrire dans ma LAL, vilaine tentatrice !


Karine 27/09/2009 20:19


@ Pimpi : J'aime bien lire les romans avant de voir les films. Ceci dit, je regarde vraiment très rarement la tv. Mais celui-là, j'aimerais bien me le trouver !


Vous pouvez m'y trouver...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs