Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Karine et ses livres
  • Karine et ses livres
  • : Pour vous faire partager mes lectures ...
  • Contact

Bienvenue !


Bonjour et bienvenue à tous.
C'est en toute modestie que je vous ferai partager ma passion pour les livres (entre autres)...
N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire à votre passage.
Bonne visite...
Karine

Pour me contacter :
       

Recherche

Curiosités...


Il y a    personne(s) sur ce blog

Archives

A propos de...


Boîte à messages






"On peut juger de la beauté d'un livre à la vigueur des coups de poings qu'il vous a donnés
et à la longueur du temps qu'on met ensuite à en revenir"
Gustave Flaubert








* J'Y PARTICIPE... *






*****


   


*****

 

     


*****






 *****

 




*****

 

 

 



*****

* LIVRES *




*****
 


 *****

LECTURE EN COURS

une-place-a-prendre
Une Place à Prendre - J. K. Rowling

 

ALCOTT Louisa May - Les quatre filles du Docteur March
CONSTANTINE Barbara - A Mélie, sans mélo
CONSTANTINE Barbara - Tom petit Tom tout petit homme Tom
TENENBAUM Sylvie - Pardonner, tyrannie ou libération
TEULE Jean - Le magasin des suicides
THIRY Pierre - Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceay-les-Mines
THOMAS Chantal - Les adieux à la reine
TOLSTOI Léon - Anna Karénine
RULE Ann - Une vengeance au goût amer
23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 06:30

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee
Le Livre de Poche, 448 pages.

« Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. »

Whaouuuuuuuuu !!!
Voilà un roman qui laisse des traces indélébiles !

Dans les années 1930, en Alabama, dans la petite ville de Maycom, Scout nous raconte avec naturel, fraîcheur et innocence, trois années de sa vie d’enfant. Scout vit avec son frère Jem, et leur père qu’ils appellent Atticus. Les saisons s’écoulent dans l’innocence de l’enfance, avec des jeux, des bagarres. Il faut dire que Scout est un vrai garçon manqué. Mais voilà qu’Atticus, qui est avocat, se voit commis d’office pour défendre Tom Robinson, un Noir accusé du viol d’une Blanche. Or, Atticus a réellement l’intention de défendre son client… et c’est ce qui ne plaît pas. A partir de là, les enfants vont découvrir l’intransigeance, la méchanceté, le racisme…

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur
est l’unique roman de Harper Lee. Il devient un livre culte dès sa parution en 1960. Il reçoit le Pulitzer en 1961.

Ce roman est très agréable à lire, le style est frais, spontané, bourré d’humour. Harper Lee emploi des métaphores, des images. On sourit en voyant évoluer ces enfants qui sont d’ailleurs très matures pour leur âge. Mais peu à peu, à l’innocence de l’enfance se mêle le problème du racisme.
A travers ses yeux d’enfant, Scout va découvrir la vie et le monde des adultes, et les incoérences du racisme.

La première partie du roman présente l’environnement, les personnages qui entourent cette enfant, l’atmosphère dans laquelle elle évolue au rythme des saisons. Le père, qui élève seul ses enfant, tente de leur inculqué des principes moraux, de leur donner les clefs leur futur, pour grandir.
« - D’abord, Scout, un petit truc pour que tout se passe mieux entre les autres quels qu’ils soient, et toi : tu ne comprendras jamais aucune personne tant que tu n’envisageras pas la situation de son point de vue… » (page 53)

La deuxième partie, au travers du procès de Tom Robinson,  dénonce le racisme, la situation des Noirs dans le Sud des États Unis. La population a du mal à tirer un trait sur son passé d’esclavagiste, et les noirs sont toujours aussi peu, voire pas considérés. Les mentalités ont beaucoup de mal à évoluées. On est toujours très attachés au anciennes valeurs du Sud.
Face à la cruauté et à l’intolérance, ces enfant perdent petit à petit leur innocence, leurs illusions. Ils grandissent et découvrent le monde avec ses injustices.
Ces deux enfants sont très clairvoyants face au incohérences de la société qui les entourent.
J’ai bien apprécié la scène dans laquelle l’institutrice dénonce le racisme d’Hitler face au juifs mais n’est pas capable de réaliser le racisme dont elle même fait preuve face aux noirs qu’elle côtoie.
« Jem, comment peut-on tellement détester Hitler si c’est pour se montrer odieux avec les gens de son pays ? » (page 383)
Et à la fin, j’ai adoré ! Lorsque Scout explique elle-même à son père pourquoi Mr Tate agit ainsi.
« Eh bien, ce serait un peu comme de tuer un oiseau moqueur, non ? » (page 427)
Mais je n’en révèle pas plus. La boucle est bouclée ! Comme quoi les enfants aussi font l’éducation de leurs parents…

Extraits :

« Marché conclu ?
- Oui, père !
Me voyant prête à cracher, il dit :
- Considérons notre accord scellé sans recourir aux formalités habituelles. » (page 55)

« - Ils ont tout à fait le droit de le penser et leurs opinions méritent le plus grand respect, dit Atticus, mais avant de vivre en paix avec les autres, je dois vivre en paix avec moi-même. La seule chose qui ne doive pas céder à la loi de la majorité est la conscience de l’individu. »
(page 166)

« -… Scout, si on commandait un bébé ?
- Où ?
Dill avait entendu parler d’un homme qui avait une barque, il ramait vers une île brumeuse où se trouvaient tous les bébés ; il suffisait d’en commander un… » (page 224)

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur
est un livre écrit par Harper Lee avec beaucoup d’humour, de fraîcheur, d’innocence. Il m'a à la fois touché, et fait sourire. Il est rempli de messages et amène son lecteur à réfléchir à des problèmes plus profonds. Un roman contre l’injustice et le racisme. Un roman indispensable à lire sans faute. Un vrai coup de cœur !

Par ailleurs, en 1962, soit à peine deux ans après sa parution, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur a inspiré Robert Mulligan, qui l’a adapté pour le cinéma sous le titre « Du silence et des ombres » avec Gregory Peck et Mary Badham. Je précise que je ne l’ai pas vu.



Lu dans le cadre du défi de lecture "Le Nom de la Rose"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine (Karine et ses livres) 24/06/2008 21:02

@ irad : Merci de ta visite. A très bientôt...

Irad 24/06/2008 17:56

Bon blog Karine!!!
Je te visiterai fréquentement, j'aime aussi les livres!!

Karine 24/06/2008 14:17

@ Grominou : Oui, c'est un roman que je savoure encore après l'avoir refermé... Quant au film, il va donc falloir le voir ! ;-)

Grominou 24/06/2008 09:16

J'avais adoré ce roman moi aussi, et le film, que j'ai vu en V.O., est excellent.

Vous pouvez m'y trouver...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs