Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Karine et ses livres
  • Karine et ses livres
  • : Pour vous faire partager mes lectures ...
  • Contact

Bienvenue !


Bonjour et bienvenue à tous.
C'est en toute modestie que je vous ferai partager ma passion pour les livres (entre autres)...
N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire à votre passage.
Bonne visite...
Karine

Pour me contacter :
       

Recherche

Curiosités...


Il y a    personne(s) sur ce blog

Archives

A propos de...


Boîte à messages






"On peut juger de la beauté d'un livre à la vigueur des coups de poings qu'il vous a donnés
et à la longueur du temps qu'on met ensuite à en revenir"
Gustave Flaubert








* J'Y PARTICIPE... *






*****


   


*****

 

     


*****






 *****

 




*****

 

 

 



*****

* LIVRES *




*****
 


 *****

LECTURE EN COURS

une-place-a-prendre
Une Place à Prendre - J. K. Rowling

 

ALCOTT Louisa May - Les quatre filles du Docteur March
CONSTANTINE Barbara - A Mélie, sans mélo
CONSTANTINE Barbara - Tom petit Tom tout petit homme Tom
TENENBAUM Sylvie - Pardonner, tyrannie ou libération
TEULE Jean - Le magasin des suicides
THIRY Pierre - Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceay-les-Mines
THOMAS Chantal - Les adieux à la reine
TOLSTOI Léon - Anna Karénine
RULE Ann - Une vengeance au goût amer
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 06:29


Les Naufragés de l'île Tromelin- Irène Frain
Michel Lafon - 384 pages

Un minuscule bloc de corail perdu dans l’océan Indien. Cerné par les déferlantes, harcelé par les ouragans. C’est là qu’échouent, en 1761, les rescapés du naufrage de l’Utile, un navire français qui transportait une cargaison clandestine d’esclaves.
Les Blancs de l’équipage et les Noirs de la cale vont devoir cohabiter, trouver de l’eau, de la nourriture, de quoi faire un feu, survivre. Ensemble, ils construisent un bateau pour s’enfuir.
Faute de place, on n’embraque pas les esclaves, mais on jure solennellement de revenir les chercher.
Quinze ans plus tard, on retrouvera huit survivants : sept femmes et un bébé. Que s’est-il passé sur l’île ? A quel point cette histoire a-t-elle ébranlé les consciences ? Emu été révolté par ce drame, Condorcet entreprendra son combat pour l’abolition de l’esclavage.
Après Le Nabab, Devi et Au Royaume des Femmes, Irène Frain s’est plongée dans cette extraordinaire aventure et l’a restituée dans un roman vrai d’une bouleversante humanité.


La main du destin, ou celle du diable, pousse le capitaine de l’Utile, Jean de Lafargue, à s'entêter à naviguer plein Est, parce qu’il transporte dans sa cale une cargaison clandestine d’esclaves. Les éléments s’en mêlent. Le navire se brise et l’unique possibilité de survivre pour les naufragés est une île hostile qui ne leur laisse aucun espoir, sur laquelle seules les tortues se risquent à aborder. Castellan, le brillant et courageux premier lieutenant, prend les choses en main, l’unique moyen de s’en sortir vivant pour les naufragés est de quitter cette île des sables, où personne ne viendra jamais les chercher.


"En cette aube du 3 août, il vient donc d'ouvrir une partie décisive : trouver de l'eau par tous les moyens. Et briser simultanément, plus pervers encore que l'enfermement du bateau, l'infernal huis clos de l'île. Faute de quoi, au coucher du soleil, de la plage à ces tentes, au désert de caillasses et jusqu'au camp des Noirs, l'île ne sera plus qu'un champ semé de cadavres." (page 173).

Avec l’aide des esclaves Noirs, les Blancs vont récupérer les restes de l’épave est construire un bateau pour s’enfuir de cette île de la mort.

Mais le bateau s’avère trop petit pour transporter tout le monde. Les esclaves vont devoir rester, et attendre qu’on revienne les chercher.
Castellan le leur a promis !

« En revanche, sur ce qu’il allait dire aux Noirs, Castellan n’avait pas la moindre inspiration. Il s’était dit que le moment venu, il aviserait. Il ne savait toujours pas comment leur annoncer l’indicible : on s’en va, et vous restez. Un seul point dont il fût sûr : les quatre-vingt-seize marins qui avaient refusé de travailler au bateau n’auraient aucun scrupule à embarquer avec les autres. » (page 252).

Les naufragés Noirs ont attendu pendant quinze ans…
Lorsqu'enfin on est venu les chercher, il ne restait sur cette île que sept femmes et un bébé...

Je me suis retrouvée transportée par ce récit sur une île hostile malmenée par les éléments avec ces naufragés qui luttent pour survivre.


Cette histoire que nous raconte Irène Frain est basée sur des fais réels. J'ai été captivée par ce témoignage bouleversant et déchirant, touchée par ces esclaves oubliés...


Un merveilleux roman…

N'hésitez pas à vous rendre sur le site du livre ici.

Merci à Suzanne de  qui m’a permis de découvrir Les Naufragés de l’île Tromelin d'Irène Frain.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine 11/06/2009 18:05

* Géraldine : Je suis ravie qu'il t'ait plu ! Je viendrai voir ton avis ! ;-)

Géraldine 11/06/2009 09:52

Je suis bien d'accord avec toi : captivant et bouleversant. je viens de terminer ce livre et le chronique demain.

Karine 18/03/2009 22:09

@ Géraldine : Tu as bien raison ! Ainsi, tu n'auras pas d'a priori pendant ta lecture !

Géraldine 18/03/2009 21:52

Je n'ai pas lu ton billet. J'ai juste vu à l'insu de mon plein grè la phrase un merveilleux roman.
Je ne lis aucun billet sur ce livre puisque je l'ai reçu aussi et que je compte m'y mettre la semaine prochaine en étant aussi vierge que possible sur le sujet !

Karine 15/03/2009 20:58

@ Lou : Oui, j'ai vraiment beaucoup aimé ce témoignage historique.

Vous pouvez m'y trouver...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs