Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Karine et ses livres
  • Karine et ses livres
  • : Pour vous faire partager mes lectures ...
  • Contact

Bienvenue !


Bonjour et bienvenue à tous.
C'est en toute modestie que je vous ferai partager ma passion pour les livres (entre autres)...
N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire à votre passage.
Bonne visite...
Karine

Pour me contacter :
       

Recherche

Curiosités...


Il y a    personne(s) sur ce blog

Archives

A propos de...


Boîte à messages






"On peut juger de la beauté d'un livre à la vigueur des coups de poings qu'il vous a donnés
et à la longueur du temps qu'on met ensuite à en revenir"
Gustave Flaubert








* J'Y PARTICIPE... *






*****


   


*****

 

     


*****






 *****

 




*****

 

 

 



*****

* LIVRES *




*****
 


 *****

LECTURE EN COURS

une-place-a-prendre
Une Place à Prendre - J. K. Rowling

 

ALCOTT Louisa May - Les quatre filles du Docteur March
CONSTANTINE Barbara - A Mélie, sans mélo
CONSTANTINE Barbara - Tom petit Tom tout petit homme Tom
TENENBAUM Sylvie - Pardonner, tyrannie ou libération
TEULE Jean - Le magasin des suicides
THIRY Pierre - Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceay-les-Mines
THOMAS Chantal - Les adieux à la reine
TOLSTOI Léon - Anna Karénine
RULE Ann - Une vengeance au goût amer
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 12:43



Je m'y prend peut être un peu tard, mais j'ai bien envie de me laisser tenter par ce défi de lecture.
Il s'agit de lire, durant l'année, un livre dans chacune des catégories suivantes :
  1. Un livre avec une couleur dans le titre;
  2. Un livre avec un nom d'animal dans le titre;
  3. Un livre avec un prénom dans le titre;
  4. Un livre avec un nom de lieu géographique dans le titre;
  5. Un livre avec un phénomène météorologique dans le titre;
  6. Un livre avec un nom de plante dans le titre.

Cela fait 6 livres dans l'année, ça devrait être gérable ! Et en plus la liste peut être modifiée en cours d'année selon l'humeur !
Pour s'inscrire, allez voir
Grominou.
Je me lance !

Voici ma liste :

 - Couleur : Le pays du dauphin vert de Elizabeth Goudge (lu).
 - Animal : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee (lu).
 - Prénom : Emma de Jane Austen ou Grace O'Malley de Ann Moore (lu) ou La lettre de Flora de Fred Paronuzzi.
 - Lieu : Mansfield Park de Jane Austen ou Loin de l'Irlande de Ann Moore (lu).
 - Météo : La tempête de René Barjavel ou Le vent de l'aube de Françoise Bourdon (lu).
 - Plante : La dame aux camélias de Alexandre Dumas fils (lu) ou L'enchanteur et illustrissime gâteau café-café d'Irina Sasson de Joëlle Tiano.

Bonne lecture à tous !!!



Repost 0
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 14:17
 

 Aucun des millions de lecteurs d’Autant en emporte le vent n’a oublié la passion flamboyante de Rhett Butler et Scarlett O’Hara, ni le déchirement de leur séparation.
Mais un si grand amour ne pouvait pas finir ainsi : voici la suite de leur histoire.
Et l’on retrouve le Sud des États-Unis, les bals dans les grandes maisons blanches, les plantations de coton, l’esclavage, la guerre de Sécession. Rhett Butler, rejeton insoumis d’une grande famille, Scarlett O’Hara, ravissante, volontaire, libre, beaucoup trop pour une femme de son temps.
Deux personnalités hors du commun aux prises avec une époque bouleversée. Scarlett et Rhett se ressemblent et s’aiment bien plus qu’ils ne se l’avouent. Non, ils n’étaient pas destinés à se quitter ce jour-là, séparés à jamais par la mort de leur fillette. Il leur reste tant à vivre !
A travers ces pages, tous ceux dont le cœur et l’imaginaire ont été marqués au fer rouge par Autant en emporte le vent vont goûter au bonheur de replonger dans la passion inoubliable de Rhett Butler et Scarlett O’Hara.

 

 

Le Clan Rhett Butler a été publiée récemment comme étant la suite dite officielle du roman de Margaret Mitchell Autant en emporte le vent. Ce roman tente d'être la "version Rhett Butler" de l'histoire.

Je dois dire tout de suite que je n'ai pas vraiment apprécié ce roman !
 L'auteur aurait très bien pu écrire un roman sur la guerre de sécession sans y intégrer les personnages de Margarett Mitchell. En fait on s'attend à une "suite  officielle", donc à replonger dans l’histoire de Scarlett et de Rhett. Et bien pas essentiellement ! L'auteur développe beaucoup plus la vie de tous ceux qui ont été proches de Rhett Butler. Et je trouve qu'on ne croise que trop rarement nos deux héros. Ce roman ne tient parfois même pas compte des évènements qui se déroulent dans le roman initial. J'ai trouvé le dénouement de l'histoire entre Scarlett et Rhett baclée.
J'aurais aimé que l'auteur s'étende davantage sur relation de Scarlett O'Hara et Rhett Butler en nous dévoilant les sentiments et les pensées de Rhett, ainsi que leur amour retrouvé.

En fait,c'est un roman que j'avais hâte de terminer. Bref j'ai été déçue !

En réalité, je l'ai trouvé même moins bien que Scarlett d’Alexandra Ripley.

Repost 0
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 15:51
 

 En 1936 paraissait Autant en emporte le vent, un roman-fleuve qui allait devenir très vite un livre-culte. Il s'en est vendu à ce jour 25 millions d'exemplaires dans le monde, et ses héros, Scarlett O'Hara et Rhett Butler, incarnés à l'écran par Vivien Leigh et Clark Gable, sont entrés à jamais dans la galerie des amants légendaires.

Près de soixante ans ont passé et, pour des millions de témoins, les amours orageuses entre Rhett Butler et Scarlett O'Hara restaient en suspens.

Voici enfin la suite tant attendue de Autant en emporte le vent : Scarlett. Dans ce roman d'Alexandra Ripley, l'aventurier cynique et la brune fougueuse et pétrie d'orgueil n'ont pas pris une ride. Il est vrai que Scarlett n'a que 28 ans... Parviendra-t-elle à reconquérir Rhett ainsi qu'elle se l'est promis dans les dernières pages du roman de Margaret Mitchell ?

 

 

 Après avoir lu Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell, ayant eu du mal à me séparer de ses héros, j'ai voulu lire la suite écrite par Alexandra Ripley.

Ce roman n'a rien à voir avec celui de Margaret Mitchell, ni dans le fond ni dans la forme. Le style d'écriture est totalement différent. Je trouve même le personnage de Scarlett un peu dénaturé. Certaines scènes ou pensées ne correspondent pas à la personnalité de la Scarlett de Margarett Mitchell. Et je regrette un peu la présence de certains passages superflus.

L'histoire est bien différente aussi. D'ailleurs, elle se déroule principalement en Irlande, foyer des ancêtre O'Hara. On y découvre l’origine de Tara, lieu mythique d’Irlande, et la rudesse de la  vie des paysans irlandais de l'époque. Scarlett y construit une nouvelle vie pour elle et son enfant, tout en continuant à aimer Rhett.

En faisant abstraction que Scarlett est sensé être la suite de Autant en emporte le vent, l'histoire est plutôt plaisante. J’ai quand même bien aimé.

Repost 0
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 11:37

Autant en emporte le vent - Margaret Mitchell
Biblios, 1407 pages.

 
Jeune femme à l'aspect fragile, Margaret Mitchell reste l'auteur d'un livre unique, paru en 1936, fresque romanesque sur fond de guerre de Sécession, qui marque la naissance d'une nation et met en scène des personnages condamnés à se haïr, à s'aimer, à se perdre.
Le cinéma en technicolor allait imposer, en 1939, aux héros du livre les visages de Vivien Leigh et de Clark Gable.
Mais les images sont fragiles comme leur support de pellicule : le roman, lui, demeure vivace comme un arbre : de l'autre côté des mots écrits en noir sur blanc, les figures éternelles de Scarlett O'Hara et de Rhett Butler viennent pour toujours à notre rencontre.


  

J'avais évidemment vue le film "Autant en emporte le vent" avec Vivien Light et Clark Gable. Je me suis donc décidée à lire le livre de Margaret MITCHELL.
Je n'ai pas du tout été déçue, bien au contraire !
Ce livre est très riche. Il ne s’agit pas simplement d’une histoire d’amour. On revit la vie des personnages dans le Sud avant , pendant, puis après la guerre de sécession. Margaret Mitchell narre la vie de la belle du sud Scarlett O'Hara. Comment une jeune fille élevée selon les bonnes manières des gens du Sud réussit elle à se battre contre la pauvreté, la misère, la faim, les préjugés, et même son éducation, pour sauver sa vie et celle des siens ? Par sa force de caractère. Quoi qu'il arrive, elle se redresse et se bat avec son courage.
Évidemment on suit avidement tout au long du récit l’évolution de la relation passionnante qui lie Scarlett O'Hara et Rhett Butler. Quelle force dans ces personnages ! Ils s'aiment et sont fait l'un pour l'autre. Mais la fierté et la dureté  imposées par les luttes de l'existence réussissent à  les séparer. Scarlett, tellement durcit par les épreuves, enfermée dans sa carapace, ne réussit que trop tard à s’ouvrir et à reconnaître l'amour qu’elle voue à Rhett. Quel dommage !
Je garde quand même l'espoir qu'ils réussiront à se retrouver une fois le livre fermé...
J'avais aimé le film, j'ai encore plus aimé le livre...

Repost 0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 21:28
 
 
Des souris et des hommes - John Steinbeck
Collection Folio, 176 pages.

Lennie serra les doigts, se cramponna aux cheveux.
- Lâche-moi, cria-t-elle. Mais lâche-moi donc.
Lennie était affolé. son visage se contractait. Elle se mit à hurler et, de l'autre main, il lui couvrit la bouche et le nez.
- Non, j'vous en prie, supplia-t-il. Oh, j'vous en prie, ne faites pas ça. George se fâcherait.
Elle se débattait vigoureusement sous ses mains...
- Oh, je vous en prie, ne faites pas ça, supplia-t-il. George va dire que j'ai encore fait quelque chose de mal. Il m'laissera pas soigner les lapins.

 Des souris et des hommes est un roman très court, écrit dans un style très simple, beaucoup de dialogues. Un roman très facile à lire. Lorsqu'on le commence, on ne peut plus le lacher. Et lorsqu'on l'a terminé, on ne peut pas l'oublier. Il s'agit d'une histoire d'amitié, de générosité, de simplicité, d'humanité, d'amour... J'ai trouvé ce roman d'une puissance inouie. Il m'a boulversée.
A lire absolument.
Repost 0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 14:47
 
Avec vue sur l'Arno - E.M. FORSTER
10/18, 288 pages

Lucy Honeychurch n'aurait jamais pu partir à la découverte de l'Italie comme toute jeune Anglaise de bonne famille sans la surveillance d'un chaperon zélé, sa cousine Charlotte. A leur arrivée à Florence, les deux voyageuses constatent avec dépit que la chambre qui leur a été réservée n'a pas de vue sur l'Arno. En violation avec toutes les convenances, deux inconnus, M. Emerson et son fils Georges, leur proposent de leur échanger la leur qui, elle, donne sur le fleuve. L'attitude cavalière de George envers Lucy et le peu de résistance qu'elle lui oppose poussent Charlotte à décider d'abréger leur séjour. Mais le hasard va à nouveau réunir les Emerson et les Honeychurch, en Angleterre cette fois... Un roman délicieux sur l'éveil des sentiments et le poids des conventions sociales par un des maîtres de la littérature anglaise.

 Je dois avouer que j'ai dans un premier temps eu du mal à accrocher ce roman. Puis je me suis familiarisée avec les personnages, le style de l'auteur qui fait parfois sourire. Pour moi, cette histoire est celle de la transformation d'une chrysalide en papillon. Une jeune fille qui réussit à se libérer des liens, des barrières, des convenances dans lesquels elle se perd et qui l'étouffent. Une rebellion en quelque sorte contre les convenances de son éducation. Un réveil qui lui permet de découvrir l'amour. J'ai bien apprécié aussi le personnage de Mr Beebe, observateur pointilleux.
Une lecture sympathique.

Un film a été tiré de ce roman. Je ne l'ai pas encore vu. A suivre ...
Repost 0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 14:17
 Entre les règnes éclatants de Pierre le Grand et de Catherine II, la Russie connaît trente-sept ans d'instabilité. L'autocrate, fondateur de Saint-Pétersbourg, a fait périr son propre fils et négligé de désigner un successeur.
Ce sont des femmes - trois impératrices et une régente - qui durant cette longue période vont tenir l'empire. Et quelles femmes ! Catherine Ire, Anna Ivanovna, Anna Léopoldovna, Elisabeth Ire vont, chacune à son tour, imposer à la nation des caractères violents et dissolus, des foucades et des cruautés, les échos d'une vie de débauches et d'extravagances. On dirait que la même créature, sensuelle, désordonnée, courageuse souvent, passe d'un règne à l'autre, d'un visage à l'autre...
Romancier à grand souffle, biographe érudit et inspiré, Henri Troyat fait revivre ces figures fascinantes. Et, autour d'elles, une Russie où les Lumières du XVIIIe siècle se mêlent aux superstitions et aux barbaries d'un autre âge.

Henri Troyat est un auteur que j'aprécie beaucoup. J'ai lu de nombreux romans de cet auteur et j'ai donc acheté ce livre qui a trainé un certain temps dans ma bibliothèque. Je l'ai commencé à la suite d'un reportage télévisé sur la Grande Catherine de Russie. Voilà pour la petite histoire... Terribles Tsarines nous révèle donc la vie et l'accession au trône de quatre femmes terribles dans leur violence, leurs excés.... J'ai apprécié ce roman pour son côté historique. Henri Troyat nous permet de replonger dans le passé, de partager la vie de ces femmes et de leur entourage (bien que je n'aurais pas apprécié en être !). Elles sont impréssionnantes de cruauté. Quelle époque !
Je dois quand même préciser que j'ai préféré de nombreux autres romans de cet auteur dont je vous parlerais certainement plus tard.
Pour information, après Terribles Tsarines, il conviendrait de poursuivre avec la biographie de Catherine la Grande du même auteur. A suivre ... 
Repost 0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 13:58

Anna Karénine - Léon Tolstoï
Folio classique, 912 pages.

Chaque fois que Vronski lui adressait la parole, un éclair passait dans les yeux d’Anna, un sourire entrouvrait ses lèvres ; et, si désireuse qu’elle parût de la refouler, son allégresse éclatait en signes manifestes. « Et lui ? » pensa Kitty. Elle le regarda et fut épouvantée, car le visage de Vronski reflétait comme un miroir l’exaltation qu’elle venait de lire sur celui d’Anna.

 

J’ai longtemps hésité avant d’acheter ce roman. Son volume m’ayant un peu freiné, j’avais un peu peur de me perdre dans quelques longueurs et descriptions interminables. Et bien pas du tout. Le style est très agréable à lire, et en fait, j’ai vraiment été prise dans l’histoire.

L’histoire est celle d’une passion. La passion d’une femme – Anna Karénine – qui découvre l’amour interdit alors qu’elle vit un mariage sans passion. Elle tente une lutte impuissante contre cette passion. Une lutte sans merci se livre alors en elle, partagée entre sa passion pour Vronski, son amour de mère, la violence, la jalousie, le mal être … Une lutte destructrice.

Léon Tolstoï nous amène à considérer les différents aspects de l’adultère aux travers d’Anna et de son frère, qui le vivent chacun tout à fait différemment. Il oppose également la passion destructrice, d’Anna pour Vronski, à l’amour grandissant, de Kitty pour Lévine.

Quelques petites longueurs, toutefois, lors des recherches que mène Lévine pour améliorer le sort le l’économie agricole en Russie.

Dans son ensemble, j’ai vraiment beaucoup apprécié ce livre, et le conseille vivement.

A la suite de quoi, j’ai voulu visionner le film avec Sophie Marceau. Et bien il est fidèle à l’histoire du livre, mais vraiment ne le vaut pas. Il est vraiment très résumé. Heureusement que j’avais lu le livre avant. J’ai été déçue.

Donc je conseille vraiment le livre.

Repost 0

Vous pouvez m'y trouver...

Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs